DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: début de l'évacuation des premiers rebelles de la Ghouta

Vous lisez:

Syrie: début de l'évacuation des premiers rebelles de la Ghouta

Taille du texte Aa Aa

Des centaines de combattants et de civils ont commencé jeudi à quitter leur fief dans la Ghouta orientale, en vertu d’un accord inédit entre le groupe rebelle Ahrar al-Cham et le régime de Damas, ont annoncé les médias d’Etat syriens.

Quelque 547 personnes, dont 88 “combattants”, ont déjà quitté le secteur rebelle de Harasta, à l’est de Damas, selon la télévision d’Etat syrienne. Ils ont pris place à bord de plusieurs bus, sur une “ligne de démarcation” avec les territoires du régime, selon une source militaire sur le terrain.

Au total, quelque 1.500 combattants rebelles et 6.000 membres de leur famille doivent quitter Harasta, en plusieurs vagues, selon l’agence officielle syrienne Sana.

L’initiative intervient en vertu d’un accord passé avec le pouvoir du président Bachar al-Assad, parrainé par la Russie, alors que les territoires rebelles dans la Ghouta ont été laminés par une offensive dévastatrice lancée le 18 février.

En plus d’un mois de bombardements aériens et de combats au sol, l’enclave rebelle s’est réduite comme peau de chagrin et les forces du régime en ont déjà reconquis plus de 80%.

Le déluge de feu quotidien a tué plus de 1.500 civils dont 315 enfants, selon l’OSDH.

A Harasta, les sorties devaient commencer à 05H00 GMT mais l’opération a pris du retard, a constaté un correspondant de l’AFP qui a vu des soldats des armées russe et syrienne postés à la périphérie de cette localité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.