DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des hackers attaquent Atlanta et réclament une rançon en bitcoins

Vous lisez:

Des hackers attaquent Atlanta et réclament une rançon en bitcoins

Taille du texte Aa Aa

Des hackers ont attaqué les ordinateurs de la ville d’Atlanta, capitale de l’Etat de Géorgie dans le sud des Etats-Unis, en réclamant une rançon en bitcoins, a indiqué la mairie.

La cyberattaque a entraîné la fermeture de plusieurs applications y compris celles utilisées par les usagers pour payer leurs factures et accéder aux informations judiciaires, a indiqué la maire Keisha Lance Bottoms au cours d’une conférence de presse jeudi soir.

“C’est uns situation très grave”, a-t-elle commenté.

La mairie s’est rendu compte de l’attaque jeudi matin en découvrant une activité inhabituelle sur ses serveurs. Certaines données municipales ont été verrouillées.

Selon les médias locaux, les pirates ont promis de déverrouiller les fichiers cryptés en échange d’une rançon de 51.000 dollars versée en bitcoins.

Le FBI et le département de la sécurité intérieure ont été sollicités pour participer à l’investigation.

L’année dernière, les cyberattaques aux “logiciels extorqueurs” ont frappé plus de 200.000 sociétés, hôpitaux et agences gouvernementales dans 150 pays.

Les victimes de ces attaques sont menacées d’avoir l’intégralité de leurs données effacées se elles ne paient pas la somme exigée.

Les hackers d’Atlanta sont soupçonnés d’utiliser le logiciel élaboré par l’Agence de sécurité nationale américaine et piraté par un groupe de pirates informatiques qui se présente sous le nom de Shadow Brokers.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.