DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Garcia tombe de haut à Miami

Vous lisez:

Tennis: Garcia tombe de haut à Miami

Taille du texte Aa Aa

La N.1 française et 7e mondiale Caroline Garcia en a déjà fini avec la tournée américaine après une défaite cinglante jeudi dès son entrée en lice à Miami.

Oubliée l’impressionnante fin de saison 2017 bouclée avec deux titres (Wuhan et Pékin) et une demi-finale lors des finales WTA de Singapour, l‘équivalent féminin du Masters.

Eliminée en 8e de finale à Indian Wells, Garcia n’a cette fois pas dépassé le 2e tour: elle s’est lourdement inclinée face à l’Américaine Alison Riske, 104e mondiale, en deux sets 6-3, 6-1.

Dominée d’entrée par son adversaire, issue des qualifications, la Lyonnaise a vite paru à court de solutions.

“Je ne suis jamais rentrée dans mon match, elle m’a mis beaucoup sous pression, et je n’ai jamais réussi à m’imposer, à dominer comme j’aime le faire”, a-t-elle confirmé.

“Chaque défaite est difficile que le score soit serré ou pas. Chaque défaite est une expérience et j’essaye d’apprendre de cette expérience”, a poursuivi Garcia.

Malgré cette élimination prématurée, elle refuse de dramatiser alors que son classement ne va pas être affecté, puisqu’elle a répliqué exactement ses résultats de 2017 à Indian Wells (8e de finale) et Miami (2e tour).

- 16 double fautes pour Dodin –

“Ca ne m’inquiète pas, parce que ce n’est pas comme ça que je fonctionne. Ce n’est pas parce que tu rates un match ou deux que tu dois t’inquiéter”, a-t-elle insisté.

Océane Dodin était, elle, en larmes après son élimination. Elle est pourtant passée tout près d’un exploit retentissant contre la N.1 mondiale Simona Halep qui s’est imposée 3-6, 6-3, 7-5.

La Lilloise, rentrée dans le tableau principal avec le statut de “lucky loser” grâce à un forfait de dernière minute, menait même 4-2, 30-0 dans le 3e set.

Mais Halep a laissé passer l’orage, bien aidée il est vrai par les 16 doubles fautes et 43% de premières balles de son adversaire qui a passé ses nerfs, après le match, sur son téléphone portable et annoncé à son père qu’elle arrêtait le tennis…

“Je suis dégoûtée, j’aurais limite préféré me prendre deux bulles (6-0, 6-0, NDLR) que de faire ça (…) c’est mon service qui était mauvais du début à la fin”, a constaté la Lilloise, âgée de 21 ans.

- Federer serein –

“Avec un peu plus de recul, je suis contente, j’ai tenu des matches en trois sets, tennistiquement je vois que je ne suis pas à la ramasse, quand je suis fraîche physiquement. Donc finalement je vais continuer le tennis”, a-t-elle souri.

Sans surprise, Alizé Cornet, perturbée par la menace d’une suspension pour violation du règlement antidopage, s’est inclinée face à la Lettone Anastasija Sevastova, 17e mondiale, 7-5, 6-4.

Il n’y a pas eu de miracle pour le quatrième et dernier Français en lice ce jeudi, Calvin Hemery.

Pour son premier match dans un Masters 1000 à 23 ans, le 150e mondial a été surclassé par l’un des enfants terribles du tennis australien, Thanasi Kokkinakis (N.175) 6-1, 6-2.

C’est donc Kokkinakis, ancien 69e mondial, qui défiera le tenant du titre et N.1 mondial Roger Federer pour son entrée en lice samedi.

Le Suisse, battu en finale à Indian Wells dimanche par l’Argentin Juan Martin del Potro, aborde le rendez-vous de Miami en étant serein.

Il doit pourtant atteindre les quarts de finale pour conserver sa première place mondiale, sous peine de l’abandonner à son grand rival, l’Espagnol Rafael Nadal qui, blessé, a fait l’impasse sur la tournée Indian Wells-Miami.

“La place de N.1 (mondial) est dans ma tête un tout petit peu, mais sans plus (…) C’est un mini-objectif, ça serait sympa de le rester, mais pas plus”, a-t-il expliqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.