DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arnaud Beltrame, ce héros

Vous lisez:

Arnaud Beltrame, ce héros

Taille du texte Aa Aa

Quatre morts et trois blessés graves, dont l'un se trouve toujours dans un état critique... Le périple meurtrier de Radouane Lakdim, vendredi 23 mars 2018, dans l'Aude (France), aurait pu l'être plus encore sans l'intervention du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui a proposé à l'assaillant de prendre la place de sa dernière otage. Les deux hommes se sont alors fait face. Les circonstances de la mort du gendarme ne sont pas encore connues, mais ce sont les coups de feu entendus dans le supermarché qui ont conduit les membres du GIGN à intervenir et à abattre Radouane Lakdim.

Un hommage national sera rendu à Arnaud Beltrame, a annoncé le chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. "En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros", a-t-il déclaré. "Il m'aurait dit : je fais mon travail, maman, c'est tout", a ajouté sa mère. Des dizaines de personnes ont déposé des fleurs devant la gendarmerie de Carcassonne (Aude), où ce militaire de 44 ans était arrivé il y a quelques mois.

L'enquête se poursuit sur le tueur, Radouane Lakdim, qui s'est présenté comme un "soldat de l'Etat islamique (IS)" et dont les attaques ont été revendiquées par Daech. Âgé de 26 ans, né au Maroc, arrivé en France quelques mois plus tard, naturalisé en 2004, connu de la police pour des faits couramment qualifiés de petite délinquance - port d'arme prohibé, usage de stupéfiants -, il était fiché S (pour "sûreté de l'Etat") et suivi par les services de renseignements pour ses liens avec "des islamistes considérés comme appartenant au haut du spectre de la radicalisation". En 2014, il avait envisagé de se rendre en Syrie, sans concrétiser son projet. Sa compagne et un de ses amis ont été interpellés.