DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : une présidentielle sans suspense

Vous lisez:

Egypte : une présidentielle sans suspense

Taille du texte Aa Aa

Quelque 60 millions d'électeurs, sur près de 100 millions d'habitants du pays le plus peuplé du monde arabe, votent à partir d'aujourd'hui et jusqu'à mercredi pour élire leur président.

Dans un pays confronté à des attaques jihadistes depuis 2013 et où le groupe Etat islamique a promis de s'en prendre à des lieux liés aux élections, les opérations de vote sont placées sous haute surveillance. L'armée a acheminé des véhicules blindés dans plusieurs points du Caire. La veille, deux policiers ont été tués dans un attentat à Alexandrie (nord), deuxième ville du pays.

Les Egyptiens ont le choix entre M. Sissi, 63 ans, archi-favori, et Moussa Mostafa Moussa, 65 ans, son unique concurrent mais aussi un partisan déclaré du président.

Après que tous les autres candidats potentiels ont été écartés, emprisonnés ou découragés, M. Mostafa Moussa s'est lancé dans la course pour éviter au président une situation de plébiscite, tout en se défendant d'être une "marionnette" au service de M. Sissi. Chef du minuscule parti libéral Al-Ghad, il a peu de chances de récolter un nombre significatif de voix, selon les experts.

Dans ce contexte, les regards se tourneront vers le taux de participation susceptible de légitimer une réélection. A la dernière présidentielle, il avait atteint 37% après deux jours de scrutin, puis 47,5% après une prolongation d'une journée.

Les résultats officiels seront proclamés le 2 avril.