DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Chardy, le rescapé à Miami

Vous lisez:

Tennis: Chardy, le rescapé à Miami

Taille du texte Aa Aa

Jérémy Chardy est le dernier Français en lice dans le Masters 1000 de Miami après avoir dominé dimanche le N.4 mondial le Bulgare Grigor Dimitrov, sans entraîneur et avec un poignet gauche toujours douloureux.

Comme à Indian Wells, Chardy a atteint les 8e de finale à Miami : pour y parvenir, il a fait mordre la poussière à un prétendant au titre, Dimitrov, en deux sets 6-4, 6-4.

Le Bulgare traverse certes une mauvaise passe —trois défaites en quatre matches depuis sa finale perdue contre Roger Federer à Rotterdam en février—, mais Chardy ne l’avait plus battu depuis 2011.

Solide au service (5 aces), le Palois a pris la mise en jeu de son adversaire à deux reprises et a réussi à le neutraliser du fond de court.

“Je suis resté très calme, je suis resté bien dans ma tactique, je ne me suis jamais précipité (…), je l’ai gardé loin de sa ligne et je l’ai agressé”, s’est félicité le 90e mondial.

Il faut dire que Chardy connaît bien Dimitrov pour l’avoir côtoyé à l’académie Mouratoglou à leurs débuts : “J’avais donc un plan de jeu très précis, et je suis content parce que j’ai réussi à le garder loin de sa ligne”, a-t-il rappelé.

Autre motif de satisfaction, son poignet gauche qui lui cause quelques tracas depuis plusieurs semaines va mieux : “Les kinés de l’ATP font du bon boulot, ils me bichonnent bien et c’est grâce à eux que je peux jouer comme ça. Je les vois à peu près trois fois par jour”.

- Williams se fait peur –

Chardy, 31 ans, sera opposé en 8e de finale à un autre “client” le Canadien Milos Raonic, ancien N.3 mondial désormais 25e après une année 2017 perturbée par des blessures et préparera ce match sans entraîneur : “Je suis content parce que ça me montre que tout seul je peux y arriver. C’est la première fois”, a-t-il souligné.

L’autre Français en lice dimanche, Benoît Paire, n’a pas confirmé son succès du 2e tour face à l’ancien N.1 mondial Novak Djokovic, de retour d’une opération à un coude.

Souffrant du dos, il a été dominé par le Serbe Filip Krajinovic, 27e mondial, en deux sets 6-3, 6-3.

“J’aurais dû être à la maison il y a dix jours déjà. Il y a des jours où ça va mieux et c’est plutôt positif”, a-t-il insisté.

Après l‘élimination samedi du tenant du titre et N.1 mondial le Suisse Roger Federer, son vainqueur en finale à Indian Wells, Juan Martin del Potro, a fait forte impression.

L’Argentin, 6e mondial, a balayé le Japonais Kei Nishikori (N.33) 6-2, 6-2 et enchaîné une 13e victoire de suite après ses titres à Acapulco et Indian Wells.

“Je pense que je joue bien en ce moment, mais je peux encore mieux jouer. Le problème, c’est que mon corps commence à ressentir cet enchaînement de matches”, a-t-il prévenu.

Le Croate Marin Cilic a dû lui batailler pour atteindre les 8e de finale en venant à bout du Canadien Vasek Pospisil (N.77) 7-5, 7-6 (7/4).

“Je suis soulagé”, a admis le N.3 mondial qui fera face au prochain tour à l’Américain John Isner (N.17).

Dans le tournoi féminin, Venus Williams est passée tout près de l‘élimination : elle a repoussé trois balles de match avant de renverser la Néerlandaise Kiki Bertens (N.29), pour s’imposer 5-7, 6-3, 7-5.

“Je n’ai pas livré un grand match, mais je me suis battue jusqu’au dernier point, c’est ce que j’aime dans le tennis”, a souri l’aînée des soeurs Williams (37 ans), triple lauréate de l‘épreuve.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.