DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: le jugement du patron de la FFT repoussé au 17 avril

Vous lisez:

Tennis: le jugement du patron de la FFT repoussé au 17 avril

Taille du texte Aa Aa

Le tribunal correctionnel de Bastia a repoussé mercredi au 17 avril son délibéré dans le procès pour favoritisme du président de la Fédération française de tennis Bernard Giudicelli, poursuivi dans un dossier lié à la construction d’un centre de tennis près de Bastia.

A l’audience fin janvier, la procureure Frédérique Olivaux-Rigoutat avait requis contre Bernard Giudicelli et Paul Navari, maître d’œuvre du chantier visé et jugé pour complicité, une peine de six mois de prison avec sursis ainsi qu’une amende de 5.000 euros, également assortie de sursis.

M. Giudicelli est poursuivi pour un défaut de publicité lors de la construction en 2013, alors qu’il présidait la Ligue corse, d’un centre de tennis pour les jeunes à Lucciana, près de Bastia, un marché de 2,8 millions d’euros subventionné à 50% par la Collectivité territoriale de Corse (CTC). Cette subvention à 50% par une institution publique est la limite à partir de laquelle une mise en concurrence transparente des entreprises doit avoir lieu.

Un entrepreneur s’estimant lésé avait porté plainte, affirmant ne pas avoir eu connaissance du marché. La Ligue corse avait fait paraître l’appel d’offre seulement sur son site web et non dans un journal professionnel.

Lors de son procès, Bernard Giudicelli, élu en février 2017 à la tête de la FFT, s‘était dit “écoeuré”: “La seule chose que j’ai favorisée, c’est le tennis” corse. Les avocats de MM. Giudicelli et Navari avaient plaidé la relaxe, avançant que le favoritisme n‘était pas constitué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.