DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vin, banquet et berline: visite XXL pour Kim Jong Un en Chine

Vous lisez:

Vin, banquet et berline: visite XXL pour Kim Jong Un en Chine

Taille du texte Aa Aa

Banquet fastueux, sourires, photos avec les épouses, escorte de motards et bouquet de fleurs: le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a été accueilli par la Chine avec tous les honneurs réservés aux grands chefs d’Etat.

Après deux jours de silence, les médias officiels des deux pays ont finalement publié mercredi de nombreuses photos et vidéos de la rencontre historique à Pékin entre M. Kim et le président chinois Xi Jinping.

La première visite à l‘étranger de Kim Jong Un depuis son arrivée au pouvoir fin 2011 a été décrite par la Chine comme “non officielle”. Mais ses hôtes ont déployé une débauche d’attentions jusqu‘à son départ mercredi.

Arrivé lundi en gare de Pékin à bord d’un train vert aux vitres teintées, il s’est vu offrir dès sa descente du wagon un bouquet de fleurs, avant de s’engouffrer dans une berline noire escortée par une nuée de motards, selon des photos du journal officiel nord-coréen Rodong Sinmun.

Sous les lustres de l’immense Palais du peuple, Kim Jong Un, en costume Mao gris foncé, a ensuite procédé avec le président Xi à une revue des troupes chinoises — comme il est de coutume pour tous les dirigeants étrangers en visite en Chine.

- Comme pour Trump –

Accompagné de sa jeune épouse Ri Sol Ju, habillée d’un tailleur ocre, le dirigeant nord-coréen a posé pour des photos avec son hôte chinois et la première dame Peng Liyuan, ex-chanteuse de l’armée, laquelle était vêtue d’une robe blanche tachetée de noir.

Comme le président américain Donald Trump et son épouse Melania quelques mois plus tôt lors de leur visite d’Etat à Pékin, le couple venu de Corée du Nord a eu droit à un spectacle artistique, puis à un dîner.

La télévision d’Etat chinoise CCTV a diffusé des images de l’immense salle de banquet ornée de paysages chinois et de décorations aux couleurs vives.

Les dix tables étaient ornées de porcelaine fine jaune et de corbeilles débordantes de fruits. A la table d’honneur, où avaient pris place les deux couples, trônait une composition florale rouge et verte sur laquelle étaient posées des colombes factices.

Une photo du Rodong Sinmun montre les deux dirigeants en train de trinquer — apparemment au vin rouge pour Xi Jinping, et au blanc pour Kim Jong Un.

- “Manqué de respect” –

Une scène qui peut paraître surprenante, la Chine de Xi ayant invariablement soutenu à l’ONU les sanctions économiques visant à enrayer le programme balistique et nucléaire mené par le régime de Kim.

Pékin ne goûte guère à la nucléarisation en cours à ses portes, ni aux essais nucléaires de Pyongyang, qui ont provoqué de violentes secousses sismiques côté chinois.

Les sanctions soutenues par Pékin et les ambitions atomiques de Kim ont tendu les relations entre les deux pays, ex-alliés lors de la Guerre de Corée (1950-1953).

Ces dernières années, le jeune leader nord-coréen a fait “une série de choses qui ont énervé, contrarié ou manqué de respect à M. Xi personnellement et à la Chine”, estime Michael Kovrig, du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG).

Et c’est pourquoi Xi Jinping n’a pas voulu récompenser Kim par une “visite officielle” car il “n’est pas encore prêt à dire que tout est pardonné”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.