DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de la Ligue: Mbappé, d'un récital à l'autre

Vous lisez:

Coupe de la Ligue: Mbappé, d'un récital à l'autre

Taille du texte Aa Aa

Double buteur mardi à Moscou avec les Bleus, l’attaquant du Paris SG Kylian Mbappé a conservé ses habits de lumière pour survoler samedi soir la finale de la Coupe de Ligue face à son ancienne équipe de Monaco (3-0).

On le savait très en forme malgré la petite alerte à une cheville qui l’avait contraint à quitter ses partenaires en Russie à cinq minutes de la fin. Et il n’a pas déçu !

Cinq minutes, c’est ce qui lui a fallu quatre jours plus tard à Bordeaux pour faire basculer cette rencontre si particulière pour lui. Sous les yeux du sélectionneur Didier Deschamps, il a une nouvelle fois fait parler sa vélocité et sa justesse technique hors pair pour aider les Parisiens à prolonger leur hégémonie dans cette compétition.

La réussite de son coéquipier uruguayen Edison Cavani, auteur d’un nouveau doublé portant son total à 14 buts dans cette compétition à deux longueurs du légendaire portugais Pedro Miguel Pauleta, voire l’assistance vidéo demandée deux fois par M. Turpin auraient pu lui voler la vedette, surtout la deuxième fois quand l’homme en turquoise a refusé un but à Radamel Falcao pour un hors-jeu litigieux sur un centre de Rony Lopes (37). Mais c’est bien lui qui a été nommé homme du match au coup de sifflet finale.

Axial mardi, c’est sur le côté droit que Mbappé retrouvait pour l’occasion qu’il a surtout rayonné. Frissons garantis à chaque touche de balle, petits grigris et feintes pour faire lever les foules, sa panoplie est immense et promesse d’un avenir qu’on ne peut imaginer que radieux.

Cela a débuté par un rush de 50 mètres avec Andrea Raggi à ses côtés rapidement distancé, histoire de se chauffer suivi d’un centre sans danger. Cela s’est poursuivi par ce slalom spécial au milieu de quatre anciens partenaires, pas vraiment du goût de Kamil Glik qui le crocheta dans la surface.

– Altruisme –

Après deux minutes de tergiversations et l’usage un brin tardive de l’assistance vidéo, l’arbitre M. Turpin ordonna un penalty qu’Edison Cavani se chargea de transformer pour lancer cette finale.

Pas le temps de souffler, ses premières permutations avec Cavani ont régulièrement troublé ses préposés au marquage, dont Joao Moutinho qui lui chatouilla les chevilles.

Il en faut quand même plus pour freiner l’ardeur du gamin, surtout quand l’espace se libère comme à la 21e minute, moment qu’il choisit pour adresser une passe en diagonale géniale brisant deux lignes pour Angel Di Maria décisif face à Subasic (2-0). De l’art !

Pour le bien du collectif, il n’a pas rechigné à la tâche défensif, en atteste son retour express dans les pieds de Lemar (31) pour couper un contre rouge et blanc.

Son altruisme du soir revenait taper à la porte, juste avant la pause. Alors que tout le Matmut Atlantique croyait qu’il allait tenter sa chance dans une position côté gauche qu’il affectionne, ses deux buts en Bleu cette semaine l’attestant, sa feinte désarçonna les hommes du Rocher et peut être aussi Cavani, servi en retrait, qui rata le cadre.

On n’est pas obligé de marquer des buts pour être élu homme du match. Mbappé le sait mais il a quand même essayé de soigner ses statistiques après la pause, se retrouvant par deux fois en excellente position face à Subasic (58, 60) sans parvenir à tromper le portier croate, comme ce fût déjà le cas en novembre dernier en L1 lors de ses retrouvailles avec le Stade Louis II. Surement sa seule petite contrariété du soir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.