DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de la Ligue: penalty accordé au PSG... et but refusé à Monaco après arbitrage vidéo

Vous lisez:

Coupe de la Ligue: penalty accordé au PSG... et but refusé à Monaco après arbitrage vidéo

Taille du texte Aa Aa

L’arbitre international Clément Turpin a eu recours à l’assistance vidéo (VAR) pour siffler un penalty pour le Paris SG après plusieurs minutes de confusion, contre Monaco en finale de la Coupe de la Ligue, samedi à Bordeaux, avant d’annuler un but pour l’ASM grâce au même dispositif.

Le directeur de jeu a d’abord désigné le point de penalty après une faute de Kamil Glik sur Kylian Mbappé, avant de se rétracter et de signaler le hors-jeu d’Adrien Rabiot après l’intervention de son assistant. Des Parisiens ont contesté sa décision, et après de longues secondes, il a finalement choisi de faire appel à la vidéo.

Après avoir mis plus de deux minutes à prendre sa décision en visionnant les images sur l‘écran de contrôle, Turpin a accordé le penalty au PSG, qui a été tiré et marqué par l’Uruguayen Edinson Cavani (8e) pour donner l’avantage à son équipe.

Moins d’une demi-heure plus tard, Monaco pensait avoir réduit le score après le 2e but parisien signé Angel Di Maria, mais le but de Falcao (36e) a été annulé par l’arbitre après avoir eu recours de nouveau à la vidéo en raison d’un hors-jeu très limite.

L’assistance vidéo à l’arbitrage, ou VAR, est utilisée en Coupe de la Ligue depuis les quarts de finale. Elle sera également employée lors de la prochaine Coupe du monde en Russie, cet été.

A la mi-temps, Paris, qui vise un 5e succès de rang en Coupe de la Ligue, menait 2-0 face à Monaco.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.