DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Marseille fait le métier à Dijon

Vous lisez:

Ligue 1: Marseille fait le métier à Dijon

Taille du texte Aa Aa

Marseille, 3e du classement, s’est difficilement imposé sur le terrain de Dijon (3-1), samedi en match avancé de la 31e journée de Ligue 1, gardant ainsi ses distances sur Lyon (4e). Mais l’OM pourrait avoir perdu son gardien Steve Mandanda, sorti à la 52e minute sur blessure.

Hormis cette grosse fausse note, les Olympiens peuvent en revanche se féliciter d’avoir fait preuve de caractère dans les derniers instants pour écarter des Bourguignons qui les chahutaient. Au classement, ils reprennent donc cinq longueurs d’avance sur Lyon, leur poursuivant immédiat qui recevra Toulouse dimanche soir.

Si l’OM risque d’avoir encore besoin jeudi en Allemagne de ces qualités mentales contre le RB Leipzig en quart de finale aller d’Europa League, il pourrait donc devoir faire sans son gardien titulaire, qui a tout de suite demandé son remplacement après avoir ressenti une douleur derrière la cuisse droite. Après s‘être effondré, Mandanda a juste réussi à quitter debout la pelouse, en boitillant.

Alors qu’Adil Rami est également sorti sur blessure, c’est la seconde fois que le portier international est remplacé en cours de jeu au cours des sept dernières rencontres de championnat…

Il était déjà sorti à Saint-Etienne dès la 42e minute, le 9 février pour la 25e journée (2-2) pour un motif similaire.

“Steve a dû sortir sur un jeu long et il souffre du quadriceps. Nous verrons. Ce n’est pas bon signe quand on sort dans ces conditions-là. Il faut attendre les examens médicaux dimanche ou lundi pour en savoir plus”, a déclaré l’entraîneur Rudi Garcia en conférence de presse.

“Pour Adil, c’est un problème à un mollet. On espère que cela ne soit pas méchant non plus et qu’il se soit arrêté à temps”, a-t-il ajouté.

- Germain et Payet déterminants –

Muet depuis six journées, Valère Germain a lui été déterminant dans le succès de son équipe.

Il a donné l’avantage aux Marseillais en fin de première période (36) en reprenant un centre adressé de la droite par Payet après un ballon bêtement perdu dans le rond central par Cédric Yambéré, lequel sera exclu en fin de match (90+3).

Auteur de son 7e but en L1, Germain a également permis à Lucas Ocampos de redonner l’avantage aux visiteurs en fin de match (88).

L‘équipe phocéenne, trop statique, a cependant livré une performance globale assez poussive face à un adversaire longtemps inoffensif, calé en milieu de tableau (10e), qui était invaincu à domicile depuis le 14 octobre et sa défaite face au PSG (2-1).

L’OM n’a, par ailleurs, été que légèrement dangereux et a même vu Payet buter sur Baptiste Reynet sur son premier penalty (90+3).

Toutefois, il s’en est vu accorder un second deux minutes plus tard après une faute commise sur lui-même et s’est cette fois-ci fait justice (90+5).

De son côté, Dijon, plus dynamique après la mi-temps, avait logiquement égalisé en fin de partie (73) par le Sud-coréen Kwon Chang-Hoon, entré en jeu une minute auparavant.

En début de match, un penalty, semblant évident au vu des images TV, avait été refusé par l’arbitre à Frédéric Sammaritano, accroché au cou par Bouna Sarr alors qu’il s’apprêtait à tirer. Au lieu de quoi l’arbitre a estimé que le Dijonnais avait accentué sa chute et l’a averti.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.