DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inde: rapatriement des restes de 38 Indiens tués en Irak

Vous lisez:

Inde: rapatriement des restes de 38 Indiens tués en Irak

Taille du texte Aa Aa

Les restes de 38 ouvriers du bâtiment indiens tués en Irak par l’organisation jihadiste Etat islamique (EI) ont été rapatriés lundi en Inde, quatre ans après leur disparition.

Des familles en deuil ont réceptionné les cercueils de leurs proches à l’aéroport d’Amritsar, grande ville de la région du Pendjab (nord) d’où étaient originaires la plupart des victimes.

39 ouvriers indiens travaillaient pour une entreprise du bâtiment à Mossoul lorsqu’ils avaient été kidnappés en juin 2014, époque où l’EI a pris le contrôle de large pans de territoire en Irak et en Syrie.

Le gouvernement indien a annoncé le mois dernier que leurs corps avaient été découverts dans un charnier à Badush, petite localité en périphérie de la principale ville du nord irakien Mossoul. Des tests ADN ont formellement identifié 38 d’entre eux, le 39e ne donnant qu’une correspondance partielle.

Les autorités indiennes n‘étaient pas en mesure d’indiquer quand leurs ressortissants ont été abattus. Les familles des victimes accusent les officiels de leur avoir laissé miroiter l’espoir que leurs proches étaient vivants pendant tout ce temps.

L’EI a aujourd’hui perdu la plus grande partie des territoires en Irak et en Syrie qui formaient le “califat” qu’il avait autoproclamé en 2014.

Les forces irakiennes, soutenues par des frappes de la coalition internationale menée par Washington, ont chassé l’organisation jihadiste de Mossoul en juillet 2017, tandis qu’en Syrie, les Forces démocratiques syriennes ont pris en octobre le contrôle de Raqa.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.