DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Erdogan et Poutine lancent la construction de la première centrale nucléaire de Turquie

Vous lisez:

Erdogan et Poutine lancent la construction de la première centrale nucléaire de Turquie

Taille du texte Aa Aa

Les présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, ont donné mardi le coup d’envoi de la construction par le géant russe Rosatom de la première centrale nucléaire en Turquie, symbole des relations florissantes entre Ankara et Moscou.

“Dieu soit avec vous!”, a déclaré M. Erdogan lors d’un discours à Ankara retransmis par visioconférence sur le site du chantier de la centrale nucléaire d’Akkuyu, dans la province de Mersin (sud), où des ouvriers ont immédiatement fait couler du béton.

“Nous assistons à un moment vraiment historique pour notre développement et pour notre coopération énergétique avec la Russie”, avait peu avant déclaré le chef de l’Etat turc.

“Il est difficile de surestimer l’importance de ce projet innovant d’ampleur”, a déclaré M. Poutine lors de la cérémonie.

La construction de la centrale, estimée à 20 milliards de dollars, fait partie d’un projet de développement porté par M. Erdogan qui vise à faire de la Turquie un des 10 pays les plus riches du monde d’ici 2023, année du centenaire de la République turque.

Les quatre réacteurs de la centrale répondront, selon M. Erdogan, à 10% de la demande en électricité de la Turquie, pays fortement dépendant de l’importation d’hydrocarbures pour satisfaire son appétit énergétique.

Le premier réacteur de la centrale devrait entrer en fonction en 2023, selon MM. Poutine et Erdogan.

Jusqu‘à 10.000 ouvriers seront mobilisés, selon l’agence de presse étatique Anadolu, pour ce projet voulu depuis plus de 40 ans par Ankara et qui a suscité de vives critiques de la part des organisations de protection de l’environnement.

Ce chantier, plusieurs fois retardé, avait notamment connu un coup d’arrêt lors d’une grave crise diplomatique provoquée par la destruction par l’aviation turque d’un bombardier russe à la frontière syrienne en novembre 2015.

Mais leurs relations se sont depuis réchauffées et la Turquie et la Russie ont notamment mis de côté leurs différends sur la Syrie, où elles soutiennent des camps opposés, pour coopérer sur ce dossier.

Après l’inauguration de la centrale nucléaire, MM. Erdogan et Poutine s’entretiendront à huis clos au palais présidentiel lors d’une réunion où la Syrie devrait occuper une place importante.

Mercredi, les deux présidents seront rejoints dans la capitale turque par le chef de l’Etat iranien, Hassan Rohani, pour un sommet trilatéral consacré à la Syrie, où Moscou, Ankara et Téhéran se sont imposés comme les maîtres du jeu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.