DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le parquet allemand favorable à l'extradition de Carles Puigdemont vers l'Espagne

Vous lisez:

Le parquet allemand favorable à l'extradition de Carles Puigdemont vers l'Espagne

Taille du texte Aa Aa

C'est un premier pas en faveur de l'extradition vers l'Espagne de l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont. Le parquet allemand s'est dit favorable à cette extradition ce mardi, par la voix du procureur général de l'Etat régional de Schleswig-Holstein qui a reconnu la validité des deux chefs d'inculpation de Madrid : "rébellion" et "détournement de fond". Mais attention, la décision finale devra être prise par une cour allemande compétente dans les jours à venir.

Le président catalan déchu est emprisonné en Allemagne depuis le 25 mars dernier, à Neumünster.

Il avait été arrêté à la frontière germano-danoise à son retour d'une conférence dans une université d'Helsinki en Finlande après l'émission d'un nouveau mandat d'arrêt international par le gouvernement espagnol. Puigdemont était installé en Belgique depuis 5 mois.

La justice allemande dispose de 60 jours pour statuer

Les partis indépendantistes catalans ont été décapités par une série d'inculpations et d'incarcérations depuis la vaine déclaration unilatérale d'indépendance de la Catalogne le 27 octobre 2017.

Dimanche, Carles Puigdemont avait adressé un message audio à ses partisans depuis la prison en les invitant "à ne pas baisser la garde face à un Etat qui se comporte de plus en plus de manière autoritaire", en soulignant estimant qu'ils ont "tout le droit à décider sur (leur) avenir".

Pendant ce temps en Catalogne, quelques dizaines de membres des "comités de défense de la République", des groupements locaux d'habitants défendant la sécession, ont mené une action sur l'autoroute AP-7 reliant la Catalogne à la France, en levant les barrières de plusieurs péages pour que les automobilistes n'aient pas à payer, selon des images de télévision.

Ils entendent mener une "mobilisation permanente" passant par la "désobeissance civile", pour forcer l'Etat espagnol à négocier avec leur mouvement.