DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les cheminots français toujours déterminés

Vous lisez:

Les cheminots français toujours déterminés

Taille du texte Aa Aa

La grève des cheminots s’est poursuivie ce mercredi sur tout le territoire. Les usagers, désormais habitués, ont anticipé et déserté les gares, comme à Lyon par exemple. Pour ceux qui n’avaient pas pu annuler ou reporter leurs déplacements, les cars affrétés par la SNCF n’ont pas été réellement d’une grande aide.

"Il y a un car pour environ trois trains, donc premier arrivé, premier servi. Il n’y a pas de remboursements donc on paie le même abonnement au même prix alors qu’on n’a pas du tout les mêmes services", se désole une étudiante.

Parmi les usagers, les avis divergent concernant la grève. Certains sont pour, d’autres clairement contre quand d’autres encore proposent une alternative bien qu’utopique.

"Je soutiens tous les mouvements qui défendent la qualité de vie des personnes au travail et hors travail, mais les employés de la SNCF mettent dans l’embarras des collègues et d’autres entreprises, comme nous, qui travaillons. Alors je leur proposerai de mettre les trains au service des usagers gratuitement. Ils auront alors véritablement un moyen de pression sur le gouvernement et n’empêcheront pas les autres de travailler", dit une usagère impactée par la grève.

Les usagers, les grévistes les comprennent, ils l’assurent et ils voudraient, disent-ils, les inclure dans leur mouvement, leur faire entendre qu’à travers ce vent de contestation, c’est tout le service public qu’ils espèrent sauver.

"Aujourd’hui, le combat que nous menons, c’est aussi celui des usagers parce que nous voulons défendre le service public que la SNCF représente. Il y a beaucoup de cheminots qui souhaiteraient ne pas être en grève, mais les attaques du gouvernement sur la SNCF, sur le statut, sur l’ouverture à la concurrence, c’est une attaque contre le service public ferroviaire", insiste Jean-Louis Basset, secrétaire FO des cheminots de Lyon.

Raphaële Tavernier, euronews :

"La mobilisation des cheminots était un peu plus faible ce mercredi, mais leur motivation reste intacte. Ils sont décidés à aller jusqu’au bout, à faire plier le gouvernement et à mettre en place les moyens qu’il faut, à savoir des séquences de grève, comme ils l’ont promis, étalées sur trois mois. La prochaine aura lieu les 8 et 9 avril."