DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Herbiers: Philippe Katerine, "le Chouan" des supporteurs

Vous lisez:

Les Herbiers: Philippe Katerine, "le Chouan" des supporteurs

Taille du texte Aa Aa

Les exploits des Herbiers en Coupe de France lui ont fait “dresser l’oreille comme tout le monde”, alors le chanteur Philippe Katerine a décidé de les soutenir avec une chanson détonante “85 Rouge et Noir” et un clip déjanté, avant la demi-finale contre Chambly.

“Mais bien sûr qu’ils vont gagner! Oh !”, s’exclame le Vendéen d’origine Philippe Katerine à propos du match que vont livrer Les Herbiers, le 17 avril à La Beaujoire de Nantes. Cette rencontre entre les deux Petits Poucet de la compétition qui évoluent en National, permettra au vainqueur de jouer la finale de “La Vieille Dame” le 8 mai au Stade de France, contre Caen ou l’ogre Paris SG.

A l’origine de ce coup de tête, une volonté de faire plaisir aux amis: “Il y a quinze jours, deux copains m’ont appelé, un peu éméchés… Ouais, y a plus de places à La Beaujoire! Tu pourrais faire une chanson pour le club, comme ça on aura des places gratuites!“, raconte le fantasque chanteur.

Pris par une inspiration brûlante, Philippe Katerine a écrit et enregistré chez lui le morceau en une nuit. Et quelque jours plus tard, il tournait le clip () au stade Massabielle des Herbiers, où on le voit vêtu d’un tricorne et d’une cape noire, au milieu de supporteurs, sur la pelouse et dans les vestiaires.

Dans sa chanson aux accents rap et électro, l’interprète de “Louxor, j’adore” donne le ton: “les Vendéens sont pas si fous! Partiront pas sans boire un coup (…) Je lève mon verre à tous les petits gars des Herbiers, que ni l’or, ni l’argent n’ont caressés. Les Vendéens sont pas si fous. Le rouge : le sang de notre ennemi. Le noir, pour notre deuil”.

“Je me suis un peu censuré, assure-t-il. A un moment il était question des guerres de Vendée qui ont fait 300.000 morts quand même. J’avais un couplet qui décrivait les soldats de la République, les Bleus, qui s’amusaient à enfiler les oreilles tranchées des Vendéens en collier. Puis j’ai calmé le jeu. Mais il fallait qu’il y ait un peu de ça dans la chanson pour foutre la chiasse à Chambly!”

- Fan de Téléfoot –

Le foot et Philippe Katerine c’est une passion qui date de l’enfance. “Je voulais m’inscrire dans un club, mais mon père ne voulait pas parce que le foot en Vendée, c’est plutôt les laïcs et le basket c’est plutôt catho. Je n’ai pas eu droit”, dit-il.

Ce sera basket, donc. Mais il se souvient de l‘épopée de Saint-Etienne en Coupe d’Europe en 1976. “J’avais huit ans, les poteaux carrés, tout ça, les larmes aux yeux… Je ne voyais que les premières périodes parce qu’après je devais aller me coucher. C‘était dur. Mais j’avais une petite radio que j‘écoutais sous les draps pour la seconde période. C‘était à la fois une communion avec le reste du monde et aussi le fait d‘être clandestin.”

Dominique Rocheteau était son Vert préféré. “Je savais qu’il jouait de la batterie. Et je l’adorais parce qu’il mettait son maillot par dessus son short. C‘était une rébellion et Je trouvais ça hyper-sexy. Je voulais être brun, les cheveux frisés…”, explique le chanteur moustachu à la chevelure châtain clair légèrement dégarnie.

“Le FC Nantes virevoltant de Coco Suaudeau, période Ndoram, Loko, Pedros a aussi suscité mon admiration. Et je me souviens avoir vu jouer Zinédine Zidane à Bordeaux. Hallucinant. On ne voyait que lui sur la pelouse. On avait l’impression qu’il réinventait le foot. Un peu comme Kylian Mbappé aujourd’hui.”

Philippe Katerine suit de près les exploits de Mbappé, de préférence sur Téléfoot. “J’essaie toujours de regarder l‘émission. Ils ont les images après tout le monde, mais on s’en fout. C’est une présence rassurante pour moi comme était la messe à une certaine époque; ce n’est pas pour rien que c’est à la même heure”.

Insatiable sur le foot, Philippe Katerine marque l’hésitation lorsqu’on lui demande son avis sur la chanson qu’a écrite Francis Lalanne pour soutenir l’adversaire: “A Chambly, on lâche rien”.

“Oui, j’ai écouté. C’est… C’est plus… C’est une corde plus mélancolique, on va dire”, commente-t-il, soudain perdu, sans but.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.