DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie: les autorités demandent à la justice de bloquer la messagerie Telegram

Vous lisez:

Russie: les autorités demandent à la justice de bloquer la messagerie Telegram

Taille du texte Aa Aa

Le régulateur russe des télécommunications a saisi vendredi la justice pour demander le blocage de la messagerie Telegram, qui a refusé de fournir aux services de sécurité russes (FSB) ses clés de cryptage permettant de lire les messages des utilisateurs.

Dans un communiqué, l’agence de régulation Roskomnadzor a indiqué avoir lancé une procédure auprès d’un tribunal de Moscou pour demander de “limiter l’accès” à Telegram, messagerie fondée par le russe Pavel Dourov et réputée pour offrir un haut niveau de confidentialité.

Le 20 mars, cette autorité avait donné 15 jours à Telegram pour fournir ses clés de cryptage.

“Les menaces de bloquer Telegram s’il ne fournit pas les données personnelles de ses utilisateurs n’auront pas de résultats. Telegram défendra la liberté et la confidentialité”, avait alors réagi sur Twitter Pavel Dourov.

L’avocat de la messagerie, Pavel Tchikov, avait de son côté expliqué sur son compte Telegram que les exigences des autorités étaient “inapplicables” du point de vue technique en raison justement du système très complexe de cryptage, selon lequel la messagerie n’a elle-même pas accès à certaines communications.

Mi-octobre, la justice russe avait condamné Telegram à une amende de 800.000 roubles (18.000 euros) pour avoir refusé de coopérer avec le FSB.

M. Dourov, qui a quitté la Russie en 2014 en invoquant des tensions avec les autorités, avait alors dénoncé une violation, selon lui, de la Constitution russe qui protège le droit au secret de la correspondance.

La messagerie avait déjà échappé à un blocage en juin après avoir accepté de fournir au régulateur russe des informations pour être intégrée au registre des diffuseurs d’information, ce qu’elle refusait auparavant.

Telegram est connue pour offrir un niveau élevé de confidentialité et son utilisation par les mouvements jihadistes a régulièrement suscité la polémique ces dernières années.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.