DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tour de Corse: Ogier qui rit, Loeb qui pleure

Vous lisez:

Tour de Corse: Ogier qui rit, Loeb qui pleure

Taille du texte Aa Aa

La première journée du Tour de Corse vendredi a été marquée par le destin contraire des deux Français multiples champions du monde de rallye: Sébastien Ogier s’est emparé avec autorité de la tête alors que Sébastien Loeb a abandonné tout espoir de victoire.

Dans la première spéciale de cette quatrième manche du championnat WRC 2018, le pilote Citroën avait été le seul à résister au Gapençais, impérial, et le duel tant espéré se profilait.

Las, dès les premiers hectomètres de l’ES2, Loeb, peut-être victime de gommes encore froides, a perdu “avant un virage assez serré à gauche” le contrôle de sa C3 qui est allée se bloquer dans un fossé.

Après être sortis de la route à faible vitesse, en évitant de peu un arbre, son copilote monégasque Daniel Elena et lui-même ont pu quitter sans dommage leur véhicule mais pas reprendre la course.

“Nous avons essayé de pousser la voiture avec l’aide des spectateurs, mais nous l’avons poussé dans le mauvais sens et dans le fossé, ce qui a terminé de la bloquer là”, racontait Loeb, déçu de devoir prématurément renoncer à “une belle bagarre” avec Ogier.

“Je dois reconnaître que c’est très frustrant, surtout de faire une erreur comme celle-ci si tôt dans le rallye”, a-t-il ajouté.

- Pique-nique pour Loeb –

Loeb s’est consolé en profitant d’un pique-nique à base de charcuterie locale avec Elena à quelques mètres de leur voiture naufragée.

Les deux hommes vont néanmoins pouvoir repartir samedi avec plusieurs minutes de pénalité “pour le plaisir”.

Du plaisir, Sébastien Ogier a dû en éprouver après les quatre premières spéciales, qui lui permettent de devancer le Belge Thierry Neuville (Hyundai)et le Britannique Kris Meeke (Citroën), respectivement de 33.6 et 38.7 secondes.

“On est très content, on a poussé fort toute la journée”, se réjouissait le pilote de 34 ans, soulignant “de très bonnes sensations avec la voiture”.

“On les avait aperçues pendant les tests mais c’est toujours bon quand les chronos les confirment”, a indiqué le leader du championnat.

Les organisateurs avaient prévenu qu’il faudrait avoir un bon rythme dès l’endurante spéciale inaugurale sous peine de voir se créer des écarts conséquents.

Un Ogier déchaîné sur l’ES1, longue de 49 kilomètres entre La Porta et Valle di Rostino, les a pris au mot, même s’il ne paraissait pas entièrement satisfait au terme de celle-ci.

“J’ai eu beaucoup de mal, j’ai failli partir deux fois en tête-à-queue et je devais beaucoup attendre avant de reprendre l’accélération dans les épingles”, affirmait Ogier, qui prenait néanmoins d’emblée environ vingt secondes sur Meeke et Neuville, et 46 – un gouffre – sur Latvala.

- Mikkelsen à la dérive –

Le fait d’ouvrir la route lui a été peut-être profitable cette fois.

Meeke signalait en effet que l’eau stagnant à l’intérieur de certains virages après les fortes pluies de la semaine sur l‘île de Beauté avait été ramenée sur la chaussée au fur et à mesure des passages.

Neuville se plaignait lui d’une absence d’adhérence le matin. “La voiture bougeait dans tous les sens”, déplorait le Belge.

Les Hyundai ont confirmé certaines difficultés sur l’asphalte corse, entraperçues lors du shakedown jeudi matin, en particulier du sous-virage.

Le Norvégien Andreas Mikkelsen est à la dérive, à près d’une minute et 30 secondes d’Ogier.

L‘équipe sud-coréenne a-t-elle sacrifié une partie de ses performances au profit de la fiabilité après l’accident de Neuville lors des reconnaissances?

Répondre d’ores et déjà par l’affirmative serait minimiser la qualité du coup de volant du quintuple champion du monde, qui a relégué son équipier gallois Elfyn Evans à plus d’une minute et 13 secondes vendredi soir.

L’après-midi, sur le même parcours que le matin, il s’est montré encore plus rapide dans l’ES3 au prix d’un effort qui l’a laissé visiblement exténué.

Après un tiers du rallye, le compère de Julien Ingrassia a pris une sérieuse option sur la victoire finale.

A condition bien sûr de “faire attention à ne pas trop couper les cordes afin d‘éviter les crevaisons”, prévenait-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.