DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe Davis: "Cette épreuve devrait être intouchable", selon Yannick Noah

Vous lisez:

Coupe Davis: "Cette épreuve devrait être intouchable", selon Yannick Noah

Taille du texte Aa Aa

Le capitaine de l‘équipe de France Yannick Noah a réaffirmé son opposition à la réforme de la Coupe Davis en estimant que celle-ci devrait être “intouchable”, après la qualification des Bleus pour les demi-finales, dimanche à Gênes.

Q: Est-ce votre plus belle victoire sportive depuis votre retour en 2016 mis à part la finale de l’an passé?

R: “Chaque rencontre a un peu son histoire. On a une équipe remaniée à 100% par rapport à celle avec laquelle on a commencé il y a deux ans. Ce n’est pas facile de jouer à l’extérieur et pas facile pour l‘équipe de France de jouer en Italie. Je ne sais pas pourquoi, il y a quelque chose… A chaque fois, il arrivent à nous avoir. Pas cette fois-ci. On n’avait pas gagné depuis 1927 en Italie (NDLR: 3-2 à Rome, elle avait ensuite perdu à San Remo en 1959 et à Rome en 1977). Là, on a été forts. Si je dois garder une image, c’est la force de nos supporters. J’ai trouvé magnifique quand ils ont fait l’hymne italien avant le dernier match. J’ai trouvé ça très classe et très fort. A la fin, on a gagné ce match ensemble.”

Q: Qu’avez-vous pensé de Lucas Pouille qui a assumé son rôle de leader en ramenant deux points?

R: “Cela me fait plaisir en tant que capitaine car cela permet de continuer l’aventure jusqu’en septembre au moins. Cela me fait plaisir aussi pour lui. Il y a un an demi, il honorait sa première sélection. Aujourd’hui, c’est lui notre leader. Sur le court et en dehors, il prend sa place sereinement, sûrement. Là, il gagne deux points très importants. Je suis content pour lui. On a tous le rêve qu’il continue à évoluer comme ça. Un match comme ça peut lui faire beaucoup de bien. “

Q: La ferveur a accompagné les matches de la France mais aussi les autres, notamment en Espagne. Cela peut-il faire pencher la balance contre la réforme?

R: “J’espère. Nous, on a fait ce que l’on a pu. On est des passionnés de cette épreuve avec laquelle on a grandi. Certains dirigeants sont là depuis peu et ne connaissent peut-être pas leur histoire. Il y a des joueurs aussi, très importants, qui gèrent quasiment le jeu, qui ont peut-être la mémoire courte, ou en tous cas pas de mémoire du tout. Leurs motivations ne sont certainement pas celles de vouloir protéger le jeu. Si demain leur décision scandaleuse passe, ce sera la fin de la Coupe Davis. C’est dommage.”

Q: Que comptez-vous faire?

R: “Ce n’est pas fini. Je suis encore dans le match et je vais essayer de peser du mieux que je peux. Il semble que la plupart des capitaines engagés dans ces quarts de finale sont de mon avis. La Coupe Davis a été souvent en danger. Aujourd’hui c’est elle, demain ce sera certains tournois du Grand Chelems et puis on jouera tous les tournois en Asie… La Coupe Davis, c’est autre chose. Il y a presque une dimension sociale. Rien ne pourra payer l’autographe que Fabio Fognini a signé à un petit Italien qui vient de commencer le tennis. Cette épreuve devrait être intouchable pour ceux qui aiment vraiment le tennis.”

Q: Ne trouvez-vous pas nécessaire de la faire évoluer tout de même?

R: “Imaginez qu’un joueur de Manchester United, qui gagne 500.000 euros par semaine, décide de ne pas jouer la Coupe du monde. Que va faire la Fifa? Elle va changer la formule? C’est la même chose là. On parle de 7 ou 8 joueurs qui ont donné beaucoup au tennis mais le tennis leur a aussi beaucoup donné. C’est une situation assez extraordinaire. Ils ont beaucoup profité du jeu et aujourd’hui en veulent encore plus. Je pense que c’est trop.”

Propos recueillis en conférence de presse

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.