DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Stormy Daniels : perquisition du FBI, Trump tempête

Vous lisez:

Affaire Stormy Daniels : perquisition du FBI, Trump tempête

Taille du texte Aa Aa

Le FBI a fait irruption dans les bureaux de Michael Cohen, l'avocat personnel de longue date du président américain Donald Trump. Cette perquisition est en lien avec l'affaire Stormy Daniels.

Cohen est au centre de la controverse entourant le paiement de l'actrice pornographique Stephanie Clifford, alias Stormy Daniels qui soutient avoir eu des rapports sexuels avec Donald Trump en 2006. A l'époque, Trump était déjà marié avec Melania. Elle soutient avoir reçu de l'argent pour garder le silence peu de temps avant la campagne électorale présidentielle de 2016.

Trump a décrit ce raid comme une "chasse aux sorcières", "une véritable honte", "une attaque" en pleine crise syrienne.

Michael Cohen a été son porte-parole pendant la campagne présidentielle.

C'est en partie à la demande du procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle, que le FBI est intervenu.

Michael Cohen a admis en janvier avoir versé 130 000 dollars à l'actrice dans le cadre d'un accord de confidentialité, quelques jours avant le scrutin présidentiel. Il a assuré que cette somme venait de ses fonds propres et non de l'argent de la campagne.

Trump a assuré la semaine dernière ne pas être au courant de ce versement d'argent. L'actrice a récemment porté plainte pour faire invalider cet accord de confidentialité, estimant qu'il était nul puisque Trump ne l'avait pas signé.

Le Washington Post, citant une source proche de l'affaire, affirme que Michael Cohen est soupçonné de fraude bancaire et de violations des règles sur le financement électoral.

Ingérence russe

Au-delà de cette perquisition, Trump a laissé éclater son exaspération face à l'enquête de Robert Mueller dans laquelle plusieurs membres de son équipe de campagne ont été inculpés.

Ouverte en mai 2017, elle tente d'établir l'existence d'une éventuelle collusion entre l'équipe de campagne de Trump et Moscou. Elle vise aussi à déterminer si le 45e président des Etats-Unis s'est rendu coupable d'obstruction à la justice.

Le New York Times affirmait lundi, citant trois sources proches du dossier, que Robert Mueller examine un paiement de 150 000 dollars d'un magnat ukrainien de l'acier à la fondation Trump pour une allocution de 20 minutes par vidéo lors d'une conférence à Kiev en septembre 2015.