DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fed Cup: avec Mladenovic, Garcia toujours pas, les soeurs Williams passent leur tour

Vous lisez:

Fed Cup: avec Mladenovic, Garcia toujours pas, les soeurs Williams passent leur tour

Taille du texte Aa Aa

Kristina Mladenovic conduira l‘équipe de France en demi-finale de la Fed Cup face aux Etats-Unis, sans les soeurs Williams, les 21 et 22 avril à Aix-en-Provence, une épreuve dont Caroline Garcia continue de se tenir à l‘écart, selon les sélections dévoilées mercredi.

Sur la terre battue de l’Arena d’Aix, la N.2 française (19e mondiale) sera accompagnée de Pauline Parmentier (120e) et Amandine Hesse (195e). C’est ainsi l’ensemble du trio qui s‘était sorti de justesse (3-2) des griffes de la Belgique au premier tour en Vendée, grâce aux trois points rapportés par Mladenovic, que le capitaine Yannick Noah a reconduit. Il s’agira cette fois de défier les tenantes du titres, emmenées par leur jeune garde, Sloane Stephens (25 ans) et Madison Keys (23 ans).

“On ne change pas une équipe qui gagne”, a fait valoir le Directeur technique national Pierre Cherret. “On reste avec cette équipe soudée, qui vit bien.”

L’absence de Garcia, qui avait déjà fait l’impasse sur la campagne 2017 comme sur le premier tour en février, n’est pas une surprise. La N.1 tricolore et septième joueuse mondiale, qui a choisi de privilégier sa carrière individuelle, n’a plus joué en équipe de France depuis la finale perdue face à la République tchèque (3-2) en novembre 2016.

“Les ponts ne sont pas coupés” mais “aujourd’hui, elle ne coche pas les cases Fed Cup dans son calendrier”, a résumé Cherret, qui préfère “se concentrer sur les joueuses qui défendent le drapeau et donnent une priorité à l‘équipe de France dans leur programme”.

- Jeune garde –

Comme au premier tour, Alizé Cornet, la N.3 française au classement WTA (35e), sous la menace d’une suspension pour trois manquements en un an à ses obligations de localisation en matière de contrôle antidopage, ne fait pas non plus partie du groupe. La Niçoise doit être entendue le 1er mai devant un tribunal indépendant au siège de la Fédération internationale de tennis à Londres.

En face de Mladenovic et ses coéquipières, aucune des deux soeurs Williams, ni Serena ni Venus, ne sera donc au rendez-vous, contrairement au premier tour face aux Pays-Bas (3-1) en février en Caroline du Nord.

Serena avait alors profité du week-end de Fed Cup pour faire son retour à la compétition après plus d’un an d’absence en raison de sa grossesse : la championne aux 23 titres du Grand Chelem s‘était inclinée dans un double sans enjeu disputé aux côtés de sa soeur. Venus, elle, avait par ailleurs remporté ses deux simples.

Pour les Bleues, pas de quoi pour autant baisser la garde car ce sont quand même trois joueuses du Top 20 qui défendront les chances américaines : Stephens (9e) et Keys (13e), respectivement victorieuse et finaliste de l’US Open en septembre dernier, ainsi que Coco Vandeweghe (16e), héroïne de la finale 2017 au cours de laquelle elle avait offert les trois points de la victoire aux Etats-Unis. La spécialiste du double Bethanie Mattek Sands, ex-N.1 mondiale de la spécialité, de retour de blessure, complète le groupe composé par la capitaine Kathy Rinaldi.

L’autre demi-finale oppose l’Allemagne d’Angelique Kerber à la République tchèque de Petra Kvitova et Karolina Pliskova, à Stuttgart.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.