DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toronto : les restes de 7 homosexuels cachés dans des bacs à fleurs

Vous lisez:

Toronto : les restes de 7 homosexuels cachés dans des bacs à fleurs

Taille du texte Aa Aa

Il va assurément entrer dans l'histoire criminelle mondiale des tueurs en série. Le Canadien Bruce McArthur a trouvé une manière inédite et habile de faire disparaître les corps de ses victimes, en exerçant tout bêtement son métier. Il est jardinier, et depuis des années, il sème les restes des homosexuels qu'il a assassiné dans des bacs à fleurs et des jardinières. Le tueur, arrêté en janvier dernier, vient d'être inculpé d'un septième homicide mais la police canadienne est persuadée que la liste va s'allonger.

Bruce McArthur, âgé de 66 ans, chassait ses "proies" préférentiellement dans le quartier homosexuel de Toronto. Condamné en 2001 pour des agressions précisément dans ce quartier, depuis cette année-là, il lui était pourtant interdit de le fréquenter. Clairement, il s'est donc joué des policiers pendant tout ce temps. Mais le 18 janvier dernier, il a été surpris en train de ligoter un jeune homme sur le lit de son appartement, il a été rapidement maîtrisé.

Une photo du tueur en série publiée par les médias canadiens :

Des bacs à fleurs transformés en tombeaux pour déjà 7 victimes

L'enquête a alors démarré sur les chapeaux de roues, une trentaine de jardins que le paysagiste avait eu à entretenir ont été ratissés et des membres de corps ont été déterrés, extraits principalement de bacs à fleurs. Ils ont été identifiés comme appartenant à six hommes disparus depuis 2010, des homosexuels. Les photographies de certains d'entre eux se trouvaient d'ailleurs sur l'ordinateur du maniaque.

Les 7 victimes présumées de McArthur :

Mercredi 11 avril, un nouveau meurtre a été attribué à McArthur, celui d'un homme toujours, qui avait 42 ans. L'accusé a été inculpé par un tribunal de Toronto. Les restes de sa septième victime avaient été dispersés dans un jardin jouxtant un garage* que les propriétaires prêtaient au jardinier pour qu'il entrepose son matériel. Cette scène de crime - de crimes devrait-on plutôt dire - n'a pas encore livré tous ses secrets macabres : des morceaux humains ont été découverts dans pas moins d'une vingtaine de bacs à fleurs.

La maison qui abrite le garage* évoqué ci-dessus :

75 jardins à fouiller à Toronto, l'immense tâche de la police

"On ne sait vraiment pas jusqu'où ça va aller", reconnaît Hank Idsinga, le chef des enquêteurs. Alors, la brigade criminelle canadienne lance des dizaines de policiers sur le terrain car elle ne veut rien laisser au hasard. Elle a décidé de rouvrir une quinzaine d'enquêtes non élucidées pour des meurtres qui remontent à loin, commis entre 1975 et 1997. Le nombre de jardins disséminés dans la ville de Toronto, qui vont être passés au peigne fin à partir de maintenant, est impressionnant : 75 !

Seul petit contretemps, certaines fouilles ne pourront être effectuées qu'en mai, le temps que le sol dégèle; n'oublions pas que ces meurtres en série se passent au Canada. En attendant, Bruce McArthur doit de nouveau comparaître devant les juges le 25 avril prochain. La police fait circuler la photographie post-mortem d'une huitième victime présumée, appelant la population à l'aider pour l'identifier.