DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: les combattants continuent d'évacuer le fief rebelle de Douma

Vous lisez:

Syrie: les combattants continuent d'évacuer le fief rebelle de Douma

Taille du texte Aa Aa

Près d’une centaine de bus chargés de combattants et de civils se préparaient vendredi à quitter Douma, ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale, où sont attendus samedi des experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), ont rapporté les médias étatiques syriens.

Douma est depuis plusieurs jours au centre des crispations internationales. Une attaque chimique présumée, qui y aurait fait selon des secouristes des dizaines de morts le 7 avril, a poussé les capitales occidentales, Washington et Paris en tête, à brandir la menace de frappes de représailles en Syrie.

Au lendemain de cette attaque présumée, les rebelles de Jaich al-Islam, qui contrôlaient Douma, ont été contraints d’accepter un accord d‘évacuation parrainé par la Russie, permettant au pouvoir de Bachar al-Assad de reconquérir totalement la Ghouta, fief insurgé situé aux portes de Damas.

“Les sorties des terroristes de Jaich al-Islam et leurs familles de Douma se poursuivent, en vue de proclamer la ville nettoyée du terrorisme”, a indiqué vendredi l’agence officielle SANA.

Selon les médias étatiques, 95 bus doivent être affrétés vendredi pour transporter les derniers rebelles de la Ghouta vers des territoires rebelles dans le nord syrien.

Près d’une trentaine de bus étaient déjà préparés à la mi-journée, avec à leur bord des combattants et des civils, d’après la même source.

De longues heures durant, les véhicules vont stationner à la périphérie de Damas, attendant la fin des préparatifs et le feu vert du départ.

Les évacuations se poursuivent alors que des experts de l’OIAC doivent entamer samedi leur enquête à Douma sur l’attaque chimique présumée.

“L’opération d‘évacuation devrait se terminer avant l’entrée à Douma des experts de l’OIAC”, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le régime et son allié russe avaient poussé pour une enquête de l’OIAC, alors que le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron ont menacé de mener des frappes en Syrie contre le régime, qui a nié toute attaque chimique.

Selon les “Casques blancs”, secouristes en zone rebelle, et l’ONG Syrian American Medical Society, plus de 40 personnes ont été tuées à Douma, et plus de 500 blessés ont été soignés notamment pour des “difficultés respiratoires”.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, plus de 80 bus “transportant 4.000 personnes, des combattants et des civils”, ont quitté la Ghouta pour rejoindre la zone rebelle d’Al-Bab (nord), selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

“Ces derniers jours, la majorité des combattants de Jaich al-Islam ont quitté Douma en quatre vagues successives”, selon l’OSDH. Parmi eux, la plupart des hauts gradés du groupe, dont leur chef, Issam Bouwaydani.

Le 18 février, le pouvoir d’Assad, militairement soutenu par Moscou, avait lancé dans la Ghouta une offensive d’une rare violence qui a tué plus de 1.700 civils, selon l’OSDH.

L’armée russe avait annoncé jeudi la reprise de “la totalité de la Ghouta orientale” par le régime.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.