DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Damas rend la Légion d'honneur d’Assad à la France

Vous lisez:

Damas rend la Légion d'honneur d’Assad à la France

© Copyright :
Compte officiel twitter de la présidence syrienne - Damas, 19/04/2018
Taille du texte Aa Aa

La Syrie a indiqué ce jeudi avoir rendu la Légion d'honneur du président Bachar al-Assad. Cette annonce intervient trois jours après l’officialisation de la procédure de retrait lancée par la France. Le président syrien avait été fait grand-croix de la Légion d'honneur en juin 2001 par son homologue français, Jacques Chirac.

La Syrie a signifié que la décision de rendre la Légion d'honneur de Bachar al-Assad a été prise après "la participation de la France à l'agression tripartite aux côtés des Etats-Unis et du Royaume Uni contre la Syrie le 14 avril", selon le communiqué posté sur les réseaux sociaux par la présidence syrienne. Damas a ajouté qui "Il n'est point d'honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (...) des Etats-Unis qui soutient les terroristes".

La décoration remise à un représentant de l’ambassade de Roumanie en Syrie

"Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a officiellement rendu à la République française, par le biais de l'ambassade de Roumanie à Damas, qui parraine les intérêts français en Syrie, la décoration de grand-croix de la Légion d'honneur accordée au président Assad par l'ancien président français Jacques Chirac" a expliqué Damas dans le même communiqué.

Comment fonctionne la procédure de retrait de la Légion d'honneur ?

Cette procédure de retrait de la plus haute distinction française est initiée par le Grand maître de la Légion d'honneur. Ce dernier est de facto le président de la République française en exercice. Une telle démarche avait été déjà ainsi lancée par Emmanuel Macron à l'encontre du producteur américain Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles et de viol.

Pour les récipiendaires français, "l’exclusion est définitive et automatique en cas de condamnation par les tribunaux pour crime ou peine supérieure à un an de prison ferme" selon la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur. Un cas de figure qui avait concerné Maurice Papon, après sa condamnation à 10 ans de réclusion criminelle pour complicité de crime contre l'humanité. L'ancien fonctionnaire de Vichy avait été pourtant inhumé en 2007 avec sa Légion d'honneur, ce qui avait soulevé une vaste polémique.

Concernant les décorés étrangers, un décret datant de 2010 permet de les déchoir plus facilement en cas "d'actes contraires à l'honneur". La Grande Chancellerie précise que "pour les étrangers, la sanction consiste en une mesure de retrait de la décoration prise par décret." Un cas de figure qui a concerné jusqu'à présent le cycliste américain Lance Armstrong, pour dopage, et le styliste britannique John Galliano, pour injures racistes et antisémites