DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Otan perd un important fournisseur russe d'avions de transport militaire

Vous lisez:

L'Otan perd un important fournisseur russe d'avions de transport militaire

L'Otan perd un important fournisseur russe d'avions de transport militaire
Taille du texte Aa Aa

Le groupe russe Volga-Dnepr a annoncé arrêter à la fin de l’année de fournir ses avions Antonov 124 aux armées de l’Otan, un coup dur pour l’Alliance atlantique et la France, très dépendantes de ces appareils.

“Nous nous retirons progressivement du marché du transport militaire (…) Le groupe ne participera pas à l’appel d’offre lancé par l’Otan dans sa configuration actuelle”, a annoncé Volga-Dnepr dans un communiqué transmis à l’AFP.

Concrètement, Volga-Dnepr ne prolongera pas un contrat expirant à la fin de l’année 2018 pour la fourniture de ses Antonov 124 à dix armées européennes de l’Otan. Ce contrat, nommé Salis, était prolongé chaque année depuis 2006, selon l’Otan.

Dans un communiqué, l’Alliance atlantique dit “avoir été informée” par Volga-Dnepr “qu’ils ne prolongeront pas leur service au-delà des termes du contrat actuel, en vigueur jusqu‘à fin 2018”.

L’Otan précise “travailler avec les pays du contrat Salis pour explorer des options correspondant à leurs besoins aériens à partir de janvier 2019”.

Les dix nations de l’Otan qui bénéficient du contrat Salis sont la Belgique, la République tchèque, la France, l’Allemagne, la Hongrie, le Luxembourg, la Norvège, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie.

Le retrait de Volga-Dnepr est un coup particulièrement dur pour l’armée française, handicapée par les retards de livraison et les problèmes techniques du nouvel avion de transport militaire européen A400M et très dépendante des Antonov 124 pour ses missions extérieures, notamment au Sahel.

En mars 2017, un rapport parlementaire français avait souligné la “dépendance très lourde” de la France vis-à-vis de ses fournisseurs russes et ukrainiens d’avions de transport militaire.

Il n’existe qu’une vingtaine d’An-124 dans le monde, détenues par trois compagnies: le groupe public russe Flight Unit FU-224, la société privée ukrainienne Antonov Airlines, qui fournit également l’Otan, et Volga-Dnepr, qui possède la majorité des appareils existant.

Conçu à l‘époque soviétique, l’Antonov 124 a une capacité d’emport largement supérieure aux A400M, lui permettant d’embarquer des hélicoptères ou des blindés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.