DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Nadal lance sa quête de la "Undécima" en douceur à Monte-Carlo

Vous lisez:

Tennis: Nadal lance sa quête de la "Undécima" en douceur à Monte-Carlo

Tennis: Nadal lance sa quête de la "Undécima" en douceur à Monte-Carlo
Taille du texte Aa Aa

Déjà dans le tempo sur terre battue, Rafael Nadal a lancé sans trop forcer sa quête d’un onzième titre au Masters 1000 de Monte-Carlo où Novak Djokovic a montré quelques progrès mercredi.

La “Undécima” en Principauté avant le même record à Roland-Garros (27 mai – 10 juin): tel est l’objectif du “Taureau de Manacor”, qui a écarté le Slovène Aljaz Bedene, 58e mondial, en deux manches (6-1, 6-3) et 1h18.

Ce n’est qu’un “début prometteur”, a prévenu l’Espagnol au micro de Canal Plus. “J’ai encore du travail et beaucoup d’efforts à fournir pour être plus offensif.”

Sur la route de Roland-Garros, il semble plus que dans les temps. Son retour précoce sur terre battue, début avril à Valence, en quarts de finale de Coupe Davis, lui a même permis de prendre de l’avance.

Après plus de deux mois sans compétition pour soigner sa jambe droite (psoas iliaque), le Majorquin avait rejoué comme si de rien n‘était, infligeant une leçon de tennis aux Allemands Philipp Kolschreiber et Alexander Zverev (N.4 mondial).

Sur la Côte d’Azur, où il a signé sa 64e victoire en 68 matches, son règne est presque sans partage depuis 2005, avec seulement trois éditions où son nom n’a pas été inscrit au palmarès (2013, 2014, 2015).

- Du mieux pour Djokovic –

Par deux fois (2013, 2015), Novak Djokovic lui avait barré la route et avait fini avec la Coupe entre les mains. Le Serbe, qu’il pourrait croiser en quart de finale, serait encore son plus grand rival cette année s’il ne traversait pas une grosse période de doute depuis près de deux ans.

“La passion est toujours là”, a-t-il assuré après son succès encourageant devant le jeune croate Borna Coric (7-6 (7/2), 7-5), un joueur accrocheur. Après une opération en février et une reprise prématurée aux Etats-Unis où il n’a fait que de la figuration (défaites d’entrée à Indian Wells et Miami), l’ancien N.1 mondial semble sur la bonne voie.

Tout n’est pas parfait. Neuf balles de match gaspillées, avant de conclure après 2h15, cela fait beaucoup pour un joueur de sa trempe. Son service, en outre, est perfectible. Le Serbe préférait, lui, retenir l’essentiel: “Après beaucoup, beaucoup de balles de match, je suis content d’avoir fini en deux manches.”

La suite sera un véritable test et devrait en dire davantage sur son niveau. Ce sera face au N.7 mondial, l’Autrichien Dominic Thiem, considéré comme l’un des meilleurs joueurs sur terre battue. Lors de leur dernier affrontement, l’an passé en quart de finale de Roland-Garros, Djokovic avait sombré après un premier set équilibré (7-6 (7/5), 6-3, 6-0), lâchant alors la dernière couronne qu’il détenait encore en Grand Chelem.

- Gasquet, dernier Français en lice –

Richard Gasquet a évité tout ces gros morceaux. Placé dans l’autre moitié de tableau, le Biterrois a une belle opportunité de prolonger son séjour sur la Riviera. Il y est le dernier Français en lice, après la défaite de Gilles Simon devant le Russe Karen Khachanov (6-2, 6-2), futur adversaire de Nadal.

Son succès autoritaire face au 15e mondial, l’Argentin Diego Schwartzman (6-2, 6-1), l’a placé sur la route du bourreau de Lucas Pouille, Mischa Zverev. L’Allemand de 30 ans (55e) n’avait pas gagné deux matches consécutifs cette année avant son arrivée à Monte-Carlo.

Son jeu, porté vers l’avant, incite toutefois Gasquet à la prudence. “C’est un autre style de joueur qui aime monter au filet et possède un bon service. Mais j’ai fait un bon match aujourd’hui et je suis prêt.”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.