DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cyclisme: Armstrong ou le dopage tous azimuts

Vous lisez:

Cyclisme: Armstrong ou le dopage tous azimuts

Cyclisme: Armstrong ou le dopage tous azimuts
Taille du texte Aa Aa
Symbole des années de plomb du cyclisme, Lance Armstrong, qui en a fini jeudi avec la justice américaine en payant 5 millions de dollars, a utilisé toute une panoplie de produits dopants. . Dopage en stock EPO, transfusions sanguines, hormones de croissance, testostérone, corticoïdes: l'éventail des substances utilisées par le Texan pour assurer son emprise sur le peloton lui a valu d'être accusé par l'agence antidopage de son pays (USADA), à l'origine de sa chute en 2012, d'avoir utilisé "le système de dopage le plus sophistiqué, le plus efficace et le plus professionnel que le sport a jamais connu". Un excès d'"honneur" ? A l'époque de sa toute-puissance, l'équipe de l'US Postal dirigée par Johan Bruyneel, l'acolyte belge qui l'a accompagné dans sa carrière à partir de 1999, impose l'image du "train bleu" (de la couleur de leurs maillots), sept années durant. Dans les ascensions, Armstrong reste dans le sillage de ses coéquipiers qui s'effacent à tour de rôle avant que le Texan procède à l'élimination de ses adversaires. A sa façon, aussi tranchante que son caractère. . Proximité avec les puissants En coulisses, l'autorité du "Boss" opère de la même manière. Il est "à tu et à toi" avec le président de l'Union cycliste internationale (UCI) d'alors, l'homme d'affaires néerlandais Hein Verbruggen, décédé l'an passé. Face aux soupçons qui ont commencé à fleurir dès sa première victoire dans le Tour (1999), Armstrong nie tout. Combatif, il contre-attaque. Il assure n'avoir recours au sulfureux préparateur italien Michele Ferrari que pour ses programmes d'entraînement. Il va jusqu'à financer l'achat de matériel antidopage à destination des jeunes par la fédération internationale. On apprendra ensuite qu'il a dénoncé à l'UCI tel ou tel rival (Iban Mayo notamment), suspecté de dopage. Est-il protégé ? Dans son rapport publié en 2015, la Commission indépendante de réforme du cyclisme (CIRC), qui a enquêté sur les pratiques dopantes du peloton depuis 1998 et la gestion du problème par l'UCI, n'a pas relevé de corruption. Mais elle a souligné la proximité entre Armstrong et Verbruggen. Le président de l'UCI, à l'époque l'un des hommes forts du Comité international olympique (CIO), est régulièrement monté en première ligne pour défendre le coureur américain. . L'hypothèse du moteur Comment donc expliquer l'écrasante supériorité d'Armstrong face à des adversaires dont la plupart sont soupçonnés d'avoir eu recours aux mêmes produits dopants ? Début 2017, la chaîne américaine CBS a enquêté sur l'utilisation du vélo à moteur dans le peloton et a instillé le doute autour du Texan. Un livre paru en France à la fin de la même année ("Rouler plus vite que la mort", par Philippe Brunel) a enfoncé le clou. L'ingénieur hongrois Istvan Varjas, à l'origine de la trouvaille du moteur miniaturisé, raconte avoir mis au point cette arme absolue à la fin de l'année 1998. Il affirme que l'invention lui a alors été achetée, par un intermédiaire, avec une clause de "non-concurrence" portant sur dix ans, une sorte de contrat d'exclusivité. Dès l'automne 2016, Armstrong a été interrogé par une radio irlandaise sur le sujet, l'utilisation d'un tel vélo motorisé dans le Tour. "Mais vous êtes fou !", a répondu le Texan. Par avocats interposés, il s'est défendu ensuite d'avoir jamais utilisé un tel système. Sans lever pour autant les doutes chez ses contempteurs, quant à ce qui serait une imposture suprême.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.