DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Demande de pardon d'ETA: une preuve de la "force" de l'Etat de droit, selon Madrid

Vous lisez:

Demande de pardon d'ETA: une preuve de la "force" de l'Etat de droit, selon Madrid

Demande de pardon d'ETA: une preuve de la "force" de l'Etat de droit, selon Madrid
Taille du texte Aa Aa
La déclaration de l'organisation séparatiste basque ETA, qui demande pardon aux victimes pour "la douleur" causée et reconnaît sa "responsabilité directe" dans celle-ci, est la conséquence de la force de l'Etat de droit, a réagi le gouvernement espagnol dans un communiqué vendredi. "Ce n'est qu'une nouvelle conséquence de la force de l'Etat de droit qui a vaincu l'ETA avec les armes de la démocratie", déclare le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy. "Cela fait très longtemps que l'ETA aurait dû demander pardon", ajoute le communiqué. Le gouvernement estime toutefois que cette déclaration "est bien", "parce que les victimes, leur mémoire et leur dignité ont été déterminantes dans la défaite de l'ETA". Selon les autorités, l'organisation séparatiste basque ETA a tué 829 personnes au nom de son combat pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre depuis sa création en 1959. L'organisation a renoncé à la lutte armée en 2011 et déposé les armées en 2017 en remettant une liste de caches à la justice française. La demande de pardon publiée vendredi dans le quotidien en ligne Gara, apparaît comme un préambule à l'annonce de sa dissolution unilatérale, attendue au début du mois de mai.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.