DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le viol en Inde, condamné par les Londoniens

Vous lisez:

Le viol en Inde, condamné par les Londoniens

Le viol en Inde, condamné par les Londoniens
Taille du texte Aa Aa

En visite à Londres pour la grande réunion du Commonwealth, le premier ministre indien Narendra Modi a évité les opposants et les associations féministes qui lui reprochent son attitude dans l'affaire qui bouleverse l'Inde depuis quelques jours : le viol et le meurtre d'une fillette musulmane de huit ans.

Cette affaire atroce dépasse le cadre national. Christine Lagarde, patronne du FMI, appelle le Premier ministre à agir pour les femmes : "Ce qui s'est passé est juste révoltant. A Davos dernièrement j'ai dit au Premier ministre Modi que dans son discours il n'avait pas mentionné assez les femmes. Et ce n'est juste parler d'elles. Ce n'est pas la position officielle du FMI, c'est la mienne. "

Dans un village au nord de l'Inde en janvier, Asifa a été séquestrée cinq jours, violée en réunion et étranglée. Son tord, être issue d'une tribu de bergers nomades musulmans. Les villageois et policiers hindoues qui l'ont tuée voulaient ainsi forcer sa communauté à quitter leur localité.

L'affaire a ébranlé l'Inde, quand elle l'a découverte à l'ouverture du procès des huit hommes il y a quelques jours. Quand elle a appris aussi que des ministres régionaux du parti de Narendra Modi ont participé à des manifestations de soutien aux suspects.

Des milliers de personnes ont manifesté leur horreur du viol. Un mal endémique en Inde. 40 000 viols ont été comptabilisés en 2016, 40% sur des enfants. un chiffre qui n'est que la partie émergée de l'iceberg.