DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liège-Bastogne-Liège: Alaphilippe entend remettre "le compteur à zéro"

Vous lisez:

Liège-Bastogne-Liège: Alaphilippe entend remettre "le compteur à zéro"

Liège-Bastogne-Liège: Alaphilippe entend remettre "le compteur à zéro"
Taille du texte Aa Aa
Sur la lancée de sa première victoire dans une classique, mercredi, dans la Flèche Wallonne, Julian Alaphilippe entend toutefois remettre "le compteur à zéro" avant le grand rendez-vous de Liège-Bastogne-Liège dimanche. "Liège marque la fin du premier cycle de ma saison", a annoncé le puncheur de l'équipe Quick-Step quand il a répondu aux médias, dans un luxueux hôtel des environs de Liège près de la frontière néerlandaise. QUESTION: Etes-vous le grand favori ? REPONSE: "Non, je ne suis pas le grand favori, je suis parmi les favoris. Je pense que beaucoup de coureurs sont capables de dynamiter la course dans le final et pourquoi pas de gagner. Tout ne va pas se résumer au duel entre (Alejandro) Valverde et moi comme à la Flèche Wallonne. C'est une course différente qui va être plus longue et plus difficile." Q: Sera-t-il plus difficile de piéger Valverde cette fois ? R: "Tout ne se résume pas à ça. Il faudra bien maîtriser la course, gérer ses efforts, les faire au bon moment. On a un équipe très forte et on va essayer de garder le plus d'unités possibles jusqu'au final. C'est différent de la Flèche Wallonne. Je remets le compteur à zéro." Q: Mais avec une confiance accrue ? R: "Avoir gagné la Flèche m'a fait énormément de bien. Je l'attendais depuis longtemps. Cela change des petites choses, surtout dans la tête. Physiquement, la condition est là. En arrivant sur les classiques, je savais que j'étais prêt. J'ai tout fait pour." Q: Depuis quand avez-vous la fibre des classiques ardennaises ? R: "J'ai le souvenir d'avoir regardé Liège et la Flèche à la télé quand j'étais à l'armée en amateur, ça m'a tout de suite plu. C'est dur à expliquer: les spectateurs au bord de la route, le parcours, la manière dont ces courses se gagnent... Mais je n'ai pas imaginé alors que j'allais gagner un jour la Flèche Wallonne." Q: Quand avez-vous découvert ces courses ? R: "A ma première participation (2015). J'étais au service de Michal Kwiatkowski qui était leader légitime en étant champion du monde. Avoir fait deux fois le podium (2e de la Flèche et de Liège) m'a tout de suite mis dans le bain. Après, forcément, c'est difficile, j'en ai beaucoup entendu que j'étais favori. C'est pour cela que c'était important de gagner mercredi. J'ai passé le cap." Q: Avez-vous mis du temps à réaliser ? R: "Je m'en suis surtout rendu compte aux messages, aux appels de ma famille, les gens... Quand on a fait la reconnaissance (vendredi), j'ai roulé quelques kilomètres avec Valverde qui m'a encore félicité. Je me suis rendu compte que c'était quand même quelque chose !" Q: Il a été fair-play... R: "Il a vu que c'était mon jour. Moi aussi j'ai été fair-play quand j'ai fini derrière lui. J'étais tout simplement battu par meilleur que moi. Là, les rôles se sont inversés. Cela prouve aussi sa classe, c'est pour cela que j'ai beaucoup de respect pour lui." Q: Avez-vous vu la vidéo de 1980, Bernard Hinault sous la neige ? R: "J'ai vu quelques extraits, oui, je suis content que ce ne soit pas comme ça. Il y a deux ans, on a eu des conditions dantesques, j'étais complètement pétrifié par le froid, je n'étais pas le seul d'ailleurs." Q: C'était aussi la dernière victoire française... R: "J'ai entendu ça. Cela ne changera rien. J'ai juste envie de faire la plus belle course possible. J'ai une motivation, un truc de fou !" Q: Avez-vous des regrets pour votre 2e place de 2015 ? R: "J'avais beaucoup travaillé avant. Ce n'est qu'en haut de la côte de Saint-Nicolas que j'ai compris que je devais faire le sprint. J'étais là pour découvrir ces courses, j'ai respecté le travail qu'on m'avait demandé de faire et, en plus, j'ai terminé sur le podium. Je pense que l'équipe, ce jour-là, a vraiment compris que j'étais aussi capable d'être leader. Et j'en ai pris conscience moi aussi !"
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.