DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Inde envisage la peine de mort pour les violeurs d'enfants

Vous lisez:

L'Inde envisage la peine de mort pour les violeurs d'enfants

L'Inde envisage la peine de mort pour les violeurs d'enfants
Taille du texte Aa Aa
Le gouvernement indien a fait savoir vendredi qu'il envisageait d'instaurer la peine de mort pour les violeurs d'enfants, alors que le pays est révulsé par le viol collectif et le meurtre d'une fillette de huit ans. Des milliers d'Indiens ont manifesté ces derniers jours à travers tout le pays après l'enlèvement pendant cinq jours, le viol et le meurtre par huit hommes d'une fillette d'une tribu musulmane nomade dans l'Etat du Jammu-et-Cachemire (nord). Selon la police, ce crime visait à terrifier la communauté de bergers musulmans des Bakarwals pour les forcer à quitter la zone, à majorité hindoue. Le gouvernement indien a communiqué à la Cour suprême que le ministère de la justice "envisageait activement" d'amender la loi sur la protection de l'enfance contre les agressions sexuelles "pour introduire la peine de mort pour les cas d'agression sexuelle aggravée contre les enfants". "Le ministère est sensible au sort des jeunes enfants brutalement agressés de la façon la plus horrible", a affirmé le gouvernement dans le texte envoyé à la Cour suprême, selon l'agence Press Trust of India. La loi indienne prévoit actuellement la peine de mort pour les assassinats particulièrement effroyables ainsi que pour les actes terroristes, même si les exécutions sont rares.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.