DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fed Cup: Mladenovic entretient l'espoir

Vous lisez:

Fed Cup: Mladenovic entretient l'espoir

Fed Cup: Mladenovic entretient l'espoir
Taille du texte Aa Aa
Kristina Mladenovic a encore assumé avec brio ses responsabilités en Fed Cup. Grâce à sa N.1, l'équipe de France a égalisé contre les États-Unis (1-1), tenantes du titre, en demi-finale samedi à Aix-en-Provence, et peut encore espérer un exploit. Le capitaine Yannick Noah, dont c'est la dernière campagne, a déjà repoussé son pot de départ avec les garçons en Coupe Davis, grâce à une qualification pour les demi-finales, décrochée il y a deux semaines à Gênes. Avec les filles, il peut rêver de prolonger aussi l'aventure, avec une finale les 10 et 11 novembre prochains, face à l'Allemagne ou la République tchèque (qui mène 2-0 à Stuttgart). Plus rien n'est impossible à l'Arena du Pays d'Aix où les Américaines n'ont pas fait la démonstration de leur supériorité, contre des Bleues pourtant diminuées par les absences de Caroline Garcia (7e mondiale) et Alizé Cornet (35e). "Il aurait pu y avoir 2-0 dans un sens ou dans l'autre", a estimé Noah, qui pensait vraiment que Pauline Parmentier, 122e mondiale, allait déjouer les pronostics face à Sloane Stephens (9e). La championne de l'US Open a dû effacer cinq balles de première manche en faveur de la Française puis a bataillé dans le seconde pour remonter un break de retard (score: 7-6 (7/3), 7-5). Parmentier était "frustrée" mais Mladenovic lui a remonté le moral en mettant fin avec panache à la série de victoires en Fed Cup (13 consécutives) de la "frappeuse" Coco Vandeweghe (16e) en trois manches (1-6, 6-3, 6-2). Comme lors du premier tour, face à la Belgique en Vendée, où elle avait rapporté trois points à son clan, la grande blonde (1,84 m) a réussi une mission de sauvetage. Pourtant, la situation semblait bien mal engagée dans la première manche quand Vandeweghe faisait pleuvoir les "missiles" sur la tête de Mladenovic. "Je me prends 6-1 et elle me +cartouche+ (...) Je n'arrivais pas à croire qu'elle allait faire deux sets comme ça." La 20e mondiale s'est accrochée, son dos douloureux a tenu bon, et son jeu varié - frappes lourdes, slices et amorties - a fini par instiller le doute dans l'esprit de l'Américaine qui s'est mise à cumuler les fautes. La victoire de Mladenovic, la sixième d'affilée dans cette compétition (simples et doubles inclus) et la manière ont plu à Noah qui a loué les "ressources mentales importantes et impressionnantes" de sa joueuse. "Kiki aime cette compétition, elle aime jouer pour son public. Elle est confortable dans sa position de leader (...) Quand elle arrive en Fed Cup, il y a un truc en plus." - Stephens remplacée par Keys? - La Nordiste de 24 ans a maintenant l'occasion de donner l'avantage à son équipe dimanche (13h) en principe face à Stephens lors d'un choc des N.1 qui s'annonce très ouvert. A moins que la capitaine américaine Kathy Rinaldi-Stunkel ne lance Madison Keys (13e), qu'elle a gardée au frais samedi. C'est l'intuition de Mladenovic, qui doutait des capacités de récupération de Stephens après un premier match sur terre "ou elle a souffert physiquement". La 9e mondiale ne semble en effet pas aussi à l'aise sur l'ocre que sur surface rapide où elle s'est offert son premier titre du Grand Chelem en septembre et le Masters 1000 de Miami, le mois dernier. Samedi, elle a été malmenée par Parmentier qui a mené 4-1 puis 5-2 dans la première manche et n'a pas baissé pavillon après les cinq balles de set non concrétisées. La doyenne des Bleues (32 ans) a obtenu quatre occasions de mener 5-3 sur son service dans la seconde manche, ainsi qu'une nouvelle balle de break à 4-4. En vain. "Ce qu'il me manque c'est de jouer plus de matches comme ça dans la saison. Avec un peu plus de confiance, je pense que j'aurais converti certaines occasions", a-t-elle expliqué. Si Mladenovic l'emporte samedi, elle aurait l'occasion de sceller la qualification française, potentiellement contre Vandeweghe.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.