DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: nouvelle évacuation de rebelles d'une région au nord de Damas

Vous lisez:

Syrie: nouvelle évacuation de rebelles d'une région au nord de Damas

Syrie: nouvelle évacuation de rebelles d'une région au nord de Damas
Taille du texte Aa Aa
Des rebelles ont commencé samedi à quitter des communes situées au nord-est de Damas, dans le cadre d'un accord conclu entre le régime et les insurgés locaux, ont annoncé les médias d'Etat syriens. "Les bus transportant des terroristes et leurs familles ont commencé à quitter Rouhaiba, en application de l'accord prévoyant leur évacuation de Rouhaiba, Nassiriya et Jairoud, dans le Qalamoun oriental, vers le nord de la Syrie", a annoncé samedi l'agence officielle Sana, qui désigne les rebelles par le terme de "terroristes". La télévision d'Etat a montré également des images de bus quittant une localité présentée comme Rouhaiba. Selon elle, 3.200 "terroristes" et leurs familles sont concernés par cet accord. Rouhaiba est située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Damas et les deux autres localités se trouvent à quelques kilomètres plus au nord. L'accord prévoit que les combattants locaux rendent leurs armes lourdes et moyennes ainsi que leurs dépôts de munitions avant d'être transférés en bus vers des zones rebelles du nord du pays, à Jarablos (province d'Alep) et dans la province voisine d'Idleb, selon l'agence Sana. Les accords d'évacuation, parrainés par la Russie, se multiplient dans la région de Damas alors que le régime s'emploie à repousser les rebelles proches de la capitale. Le régime a annoncé le 14 avril avoir reconquis intégralement la région de la Ghouta orientale, aux portes de Damas, au terme d'une offensive de près de deux mois qui a tué 1.700 civils selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et d'une série d'accords qui a provoqué le départ de dizaines de milliers de combattants rebelles et de civils. Cette semaine, 1.500 combattants et 3.500 civils ont également été transférés de la ville de Doumeir, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Damas, vers Jarablos après un accord avec le groupe rebelle islamiste Jaich al-Islam. Par ailleurs, les forces du régime pilonnent violemment depuis plusieurs jours les derniers bastions de l'organisation Etat islamique (EI) dans le sud de la capitale, comme le camp palestinien de Yarmouk et le quartier d'Hajar al-Aswad. Les jihadistes répliquent en tirant à l'artillerie sur des quartiers voisins, tuant des civils. Selon l'OSDH, basé au Royaume-Uni mais qui dispose d'un vaste réseau de sources à travers la Syrie, le régime a accentué sa pression sur l'EI après l'échec de négociations sur l'évacuation de ses combattants. Une défaite de l'organisation jihadiste à Damas permettrait à Bachar al-Assad de contrôler l'ensemble de la capitale et ses environs pour la première fois depuis 2012. Depuis 2011, la guerre civile en Syrie a fait plus de 350.000 morts et jeté des millions de personnes sur les routes de l'exil.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.