DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une camionnette fonce sur la foule à Toronto, 9 morts et 16 blessés

Vous lisez:

Une camionnette fonce sur la foule à Toronto, 9 morts et 16 blessés

Une camionnette fonce sur la foule à Toronto, 9 morts et 16 blessés
Taille du texte Aa Aa
Un homme au volant d'une camionnette a foncé lundi sur un trottoir en plein centre-ville de Toronto faisant neuf morts et 16 blessés, a annoncé la police de la métropole canadienne qui a interpellé le suspect quelques centaines de mètres plus loin. "Nous pouvons confirmer que neuf personnes sont mortes et 16 ont été blessées", a déclaré Peter Yuen, chef adjoint de la police de Toronto lors d'une conférence de presse. "La camionnette qui a renversé plusieurs piétons autour des rues Yonge et Finch de Toronto a été localisée et le chauffeur a été arrêté", avaient annoncé les forces de l'ordre un peu plus tôt. Dix personnes ont été admises aux urgences de l'hôpital Sunnybrook, "deux ont été prononcées mortes" à leur arrivée, a indiqué le Dr Dan Cass. "Cinq personnes sont dans un état critique", a ajouté ce responsable hospitalier. C'est vers 13H27 locales (17H27 GMT) qu'une camionnette blanche de location a soudainement emprunté de larges trottoirs d'une artère fréquentée de la plus grande ville canadienne, où de nombreux piétons flânaient à l'heure de la pause du déjeuner sous un soleil radieux. Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique, a évoqué "une horrible attaque" sur son compte Twitter. "A ce stade, aucune conclusion ne peut être tirée. La police mène son enquête", avait-il déclaré toutefois auparavant. Les autorités avaient rapidement donné l'alerte sur Twitter, en évoquant une "fourgonnette blanche" ayant fait "huit à dix" blessés parmi des passants au nord du centre-ville de Toronto. Cette camionnette s'est immobilisée quelques centaines de mètres plus loin, l'avant de la carrosserie endommagé, et le chauffeur a été interpellé par la police quelques minutes après le drame. Sur des images reprises par les médias locaux, un homme de bonne corpulence, debout sur le côté de la camionnette, fait face à un policier armé. "Il y avait un policier et l'homme avait une arme à la main, les deux pointant leur arme sur l'autre", a raconté Carlos, un témoin, sur la chaîne CTV News. - 'Le véhicule écrasait tout' - L'homme est ensuite maîtrisé, puis menotté sur le capot de la voiture de police, avant d'être emmené. Le véhicule "écrasait tout, il a détruit un banc, (…) on peut voir exactement où il est passé à cause des traces de pneus", a décrit à la chaîne de télévision CP24 Jamie Eopni, un témoin. "J'ai vu une camionnette blanche monter sur le trottoir en écrasant des gens (…) projetés en l'air un par un, et (le chauffeur) roulait à vive allure", a ajouté un second témoin, Alex Shaker, à la chaîne de télévision CTV. Des ambulances et des véhicules de police se sont rapidement déployées et le secteur a été bouclé par les forces de l'ordre. "Nos pensées sont avec tous ceux affectés", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau devant la Chambre des Communes avant de connaître le bilan. "Pour le moment, nous n'avons pas connaissance de ce qui s'est passé ou de ce qu'il y a derrière. (...) Mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés par cet évènement et avec les secouristes", a déclaré le maire de la plus grande ville canadienne, John Tory. Cet accident intervient alors que Toronto accueille une réunion des ministres de la Sécurité publique du G7, après avoir été l'hôte ce week-end de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada). Ces faits rappellent les modes opératoires d'attaques à la voiture bélier dans plusieurs grandes villes, comme à New York, Barcelone, Londres, Nice, Paris, Berlin ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons. La police n'a toutefois pas précisé jusqu'à présent les motivations du conducteur de la camionnette blanche de Toronto. Comme d'autres pays, le Canada a été la cible d'attaques à caractère jihadiste même si le nombre de victimes y a été moins important. En octobre dernier, un homme avait agressé à l'arme blanche un policier avant de renverser et de blesser quatre piétons avec une camionnette à Edmonton, dans l'Ouest canadien. Au Québec, en octobre 2014, un Canadien avait renversé avec son véhicule deux militaires sur un parking, dont un avait été tué. L'homme avait ensuite été abattu par des policiers alors qu'il cherchait à les attaquer avec un couteau.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.