DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle mexicaine: la lutte contre la violence au centre d'un premier débat

Vous lisez:

Présidentielle mexicaine: la lutte contre la violence au centre d'un premier débat

Présidentielle mexicaine: la lutte contre la violence au centre d'un premier débat
Taille du texte Aa Aa
La lutte contre la criminalité a été au centre dimanche du premier débat télévisé pour l'élection présidentielle mexicaine du 1er juillet, le candidat de gauche et favori des sondages, Andres Manuel Lopez Obrador, essuyant de nombreuses critiques pour avoir proposé une amnistie à certains délinquants. Ses quatre rivaux ont fait feu de tout bois contre cette proposition du candidat du parti Morena (gauche). "Envisager le pardon aux criminels est une folie qui provoquerait une énorme violence dans le pays" a dénoncé Ricardo Anaya, 39 ans, qui dirige une coalition de partis de droite et de gauche. José Antonio Meade, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), a accusé Lopez Obrador d'être devenu "la marionnette des criminels" poussé par "sa soif de pouvoir". Une amnistie "ne signifie pas impunité" s'est défendu celui que l'on surnomme AMLO. "Nous allons convoquer des experts et élaborer un plan pour définir comment cette amnistie va être menée. J'invite même le pape François!" a-t-il précisé. Le vétéran de gauche, qui se présente pour la troisième fois à la présidentielle, s'est engagé à combattre la pauvreté, notamment chez les jeunes, dont l'augmentation explique selon lui le taux de criminalité record observé dans le pays. "Ne criminalisez pas la pauvreté!" lui a lancé la candidate indépendante Margarita Zavala, femme de l'ancien président Felipe Calderon. "Les criminels sont pleins d'argent". Face aux critiques, AMLO, 64 ans, a fini par brandir un croquis montrant son avance dans les sondages. "C'est la dernière enquête d'opinion, je ne veux pas me vanter: 48% de soutien" a-t-il ironisé. Anaya et Meade se sont attachés à écorner l'image d'un candidat décidé à purger "la mafia du pouvoir", l'accusant d'avoir intégré dans sa campagne des politiciens mêlés à des cas de corruption, d'avoir salarié dans son parti plusieurs membres de sa famille ou encore de dissimuler son patrimoine. Anaya, qui figure en deuxième position dans les sondages, a également critiqué la stratégie du gouvernement qui consiste selon lui à "décapiter les cartels" au lieu de les démanteler après un long travail d'investigation "comme en Italie". Plus insolite, le candidat indépendant Jaime Rodriguez Calderon, surnommé "El Bronco", a proposé de "couper la main" des voleurs pour faire baisser la délinquance, proposition qui a déclenché aussitôt de nombreux commentaires amusés des internautes mexicains. Selon l’analyste politique Leo Zuckermann, ce débat pourrait constituer "un point d’inflexion" pour Anaya qui pourrait grimper dans les sondages où il recueillent pour le moment 25% des intentions de vote. Quant à Meade, le candidat du parti au pouvoir, "il a définitivement perdu" juge cet expert. "Pour lui, c’était maintenant ou jamais, mais c’est Anaya qui apparaît désormais comme celui capable battre Lopez Obrador". "Le débat a été gagné par Anaya, mais ça n’aura pas de conséquences", estime de son côté l’historien Hector Aguilar Camin. Le prochain président mexicain sera élu le 1er juillet lors d'un suffrage à un tour. Les deux chambres du Congrès doivent être également renouvelées ainsi que de nombreux mandats locaux.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.