DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Véhicule-bélier à Toronto : ce que l'on sait

Vous lisez:

Véhicule-bélier à Toronto : ce que l'on sait

Véhicule-bélier à Toronto : ce que l'on sait
Taille du texte Aa Aa

Les faits

Un homme de 25 ans au volant d'une camionnette a fauché des dizaines de personnes lundi sur les trottoirs de Toronto, faisant 10 morts et 15 blessés au centre de la plus grande métropole canadienne. Un drame qui "semble clairement délibéré", selon les termes de Mark Saunders, le chef de la police de Toronto. Un acte "insensé", pour le Premier ministre Justin Trudeau.

A 13h26, heure locale, la police reçoit un appel sur son numéro d'urgence rapportant des piétons fauchés près de la rue Yonge, "une des rues les plus fréquentées" du Canada, en plein centre de la ville. Une camionnette de location blanche roule à vive allure, passant des voies de circulation de la rue Yonge, aux trottoirs où déambulent de nombreux piétons sous le soleil à l'heure du déjeuner, et sur "près d'un kilomètre", selon le chef de la police Mark Saunders.

A 13h52, soit 26 minutes après l'appel à la police, "un homme est arrêté" près de la camionnette stationnée sur le trottoir, l'avant de la carrosserie endommagé.

Après avoir annoncé que 8 à 10 piétons avaient été fauchés par la camionnette, sérieusement blessés, la police diffusait en fin de journée un lourd bilan de 10 morts et 15 blessés, dont quatre dans un état critique et deux dans un état grave.

Les corps des victimes étaient dispersés sur plusieurs centaines de mètres.

Qui est le suspect ?

La police a identifié le chauffeur de la fourgonnette comme étant Alek Minassian, 25 ans, un résident de Richmond Hill en banlieue nord de Toronto. Le chauffeur été placé en garde à vue. Son interrogatoire devrait permettre de déterminer "le mobile exact" de son acte. L'homme était inconnu des services de police.

Au moment de son interpellation, il brandissait un objet dans la main gauche et faisait face à un policier qui le tenait en joue, selon des images publiées sur les réseaux sociaux.

L'homme a ensuite été menotté au sol par un policier.

Ces faits rappellent les modes opératoires d’attaques à la voiture bélier dans plusieurs grandes capitales, comme à New York, Barcelone, Londres, Nice, Paris, Berlin ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.

Cependant, le ministre canadien de la sécurité publique a estimé que ces "événements horribles" ne semblent "aucunement liés à la sécurité nationale". Implicitement, le ministre canadien a écarté toute action d'un individu radicalisé.