DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le pape François va rencontrer des victimes d'un prêtre chilien pédophile

Vous lisez:

Le pape François va rencontrer des victimes d'un prêtre chilien pédophile

Le pape François va rencontrer des victimes d'un prêtre chilien pédophile
Taille du texte Aa Aa
Le pape François va renconter ce weekend des victimes d'un prêtre pédophile chilien, après la polémique entourant ses déclarations sur ce sujet à l'issue d'un voyage au Chili, a confirmé mercredi le porte-parole du Vatican, Greg Burke. "Le Saint-Père accueillera cette fin de semaine à la maison Sainte Marthe (sa résidence au Vatican) trois victimes d'abus commis par le clergé au Chili: respectivement Juan Carlos Cruz, James Hamilton et Jose Andrés Murillo", a précisé M. Burke dans un communiqué. Au cours de ces journées de rencontre "personnelle et fraternelle", le pape "désire leur demander pardon, partager leur douleur et sa honte pour ce qu'ils ont souffert", a encore ajouté le porte-parole. Jorge Bergoglio avait reconnu début avril avoir commis de "graves erreurs" d'appréciation de la situation au Chili, après avoir lu les conclusions d'une enquête sur des abus sexuels commis par le clergé. Au cours d'un voyage au Chili du 15 au 18 janvier, le pape avait défendu avec force l'évêque chilien Juan Barros, soupçonné d'avoir tu les crimes d'un vieux prêtre pédophile, se déclarant persuadé de son innocence et demandant aux victimes présumées des preuves de culpabilité. Il avait ensuite présenté des excuses pour ses propos maladroits dans l'avion qui le ramenait à Rome, puis dépêché au Chili un enquêteur renommé du Vatican pour recueillir des témoignages de victimes présumés.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.