DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nicaragua: vers un dialogue national après six jours de chaos et 34 morts

Vous lisez:

Nicaragua: vers un dialogue national après six jours de chaos et 34 morts

Nicaragua: vers un dialogue national après six jours de chaos et 34 morts
Taille du texte Aa Aa
Le Nicaragua est dans l'attente d'un dialogue national sous l'égide de l'Eglise alors que se multiplient les témoignages de violation des droits de l'Homme au cours des six jours de manifestations qui ont fait 34 morts. De nouvelles marches et des veillées d'étudiants ont été organisées mercredi à Managua et dans d'autres villes du pays afin de demander justice pour les personnes tuées et détenues lors des récentes manifestations d'une rare violence. Le nouveau bilan des victimes, communiqué mercredi par le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh), fait état de 34 morts, en majorité des étudiants, mais aussi deux policiers et un caméraman abattu en plein reportage. Le nombre de décès pourrait monter dans les prochaines heures alors que 66 blessés sont à l'hôpital dont 12 "en état grave et en soins intensifs" et que 16 personnes sont toujours portées disparues, a précisé Marcos Carmona, représentant de l'ONG. "Nous condamnons la violence dont a fait usage la police et ses groupes paramilitaires contre les jeunes (qui manifestaient) pour une cause juste", a-t-il déclaré. "Ils tiraient avec des snipers. La majorité des morts ont été touchés à la tête, au cou et au thorax", a-t-il affirmé. Vilma Nunez, directrice du Cenidh, a déclaré à l'AFP que le gouvernement avait commis "une violation massive des droits de l'homme lors des manifestations, y compris la mort et la torture des jeunes pour décourager leur mobilisation". - "Nous avons été torturés" - Des jeunes, qui ont été emprisonnés lors des manifestations, ont affirmé avoir été battus par des policiers. "Nous avons été torturés (...) Plus nous pleurions plus nous étions battus", a témoigné l'un d'entre eux, Gilbert Altamirano. Mardi, l'archevêque de Managua, Leopoldo Brenes, a accepté de servir de "médiateur et témoin" du dialogue, en insistant pour que le gouvernement "évite tout acte de violence". Le président Daniel Ortega, ex-guérillero de 72 ans confronté à une vague de colère sans précédent depuis son arrivée au pouvoir il y a 11 ans, a joué l'apaisement en libérant des dizaines d'étudiants arrêtés lors des manifestations et en levant la censure appliquée à une télévision locale. Il a aussi cédé à la pression de la communauté internationale, inquiète du zèle des forces de l'ordre: l'Union européenne, les Etats-Unis et le Vatican ont critiqué la force excessive utilisée par la police. L'ONU a même dit soupçonner de possibles "exécutions illégales". Déclenchée par des étudiants contestant une réforme des retraites qui augmentait les cotisations et réduisait le montant des pensions, la vague de colère s'est rapidement propagée à l'ensemble de la population, qui a continué à défiler même après l'abandon de la réforme dimanche. En toile de fond, un mécontentent général face aux dures conditions de vie et à la confiscation du pouvoir par Daniel Ortega, déjà à la tête du pays de 1979 à 1990 et revenu en 2007. Après six jours de mobilisations, heurts avec la police, pillages et incendies, les rues semblaient avoir retrouvé leur calme mercredi, avec les bouchons typiques des journées de travail. Mais certains habitants redoutaient encore un regain de tension. "Nous allons voir combien de temps dure ce calme. Je ne vais pas envoyer ma fille à l'école car cela ne me semble pas stable", a confié à l'AFP Alan Saavedra, chauffeur de taxi à Managua. - "Conditions favorables à un dialogue" - Cibles des manifestants, qui exigent désormais leur départ, le président Ortega et sa femme Rosario Murillo, vice-présidente, ont remercié l'Eglise d'avoir accepté de participer au dialogue, mais mercredi ni les détails ni les participants à ces discussions n'étaient connus. Président du puissant Conseil supérieur des entreprises privées (Cosep), José Aguerri a estimé dans un entretien à l'AFP que les conditions étaient maintenant favorables à un dialogue, en l'absence d'actes de répression depuis dimanche. "Le Nicaragua va être plus démocratique" à l'issue de ce dialogue, pour lequel le Cosep avait fixé comme conditions "qu'il y ait une liberté d'expression, une liberté de mobilisation, une libération des personnes interpellées". "Tout cela est réuni, maintenant nous attendons que la Conférence épiscopale prenne la décision" de lancer le dialogue, à laquelle devront participer tous les secteurs de la société, a souligné le chef d'entreprise. Pour montrer qu'il n'a pas totalement perdu le soutien de la population le Front sandiniste au pouvoir a convoqué jeudi une manifestation de soutien au gouvernement. L'Eglise catholique appelle aussi à défiler samedi "pour montrer notre foi et notre amour du Nicaragua", a annoncé sur Twitter l'évêque adjoint de Managua, Silvio Báez. Dur critique du gouvernement, il a estimé que "le chemin est ouvert pour construire de façon pacifique et civique un nouveau pays (...). L'heure est venue de reconstruire la démocratie! Il est temps que le Nicaragua redevienne une république!"
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.