DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inspire Middle East : à quoi ressemblera le tourisme de demain ?

Vous lisez:

Inspire Middle East : à quoi ressemblera le tourisme de demain ?

Inspire Middle East : à quoi ressemblera le tourisme de demain ?
Taille du texte Aa Aa

Aux Emirats Arabes Unis, le tourisme est un secteur économique très important mais, selon l'organisation mondiale du tourisme (OMT), il est responsable d'environ 5% des émissions de CO2. Selon les experts, pour que les hôteliers puissent tirer pleinement partie de la croissance du secteur dans la décennie à venir, ils devront adopter des "politiques responsables" pour des consommateurs de plus en plus soucieux d'écologie. Un exemple d'effort fourni par un hôtelier avec une responsable dans le groupe Radisson Hôtel.

"Nous avons réussi à augmenter de 10% la pratique qui consiste à réutiliser sa serviette de toilettes et grâce à cette économie d'eau on peut fournir à vie de l'eau potable à 20.000 enfants. Et pour le Jour de la Terre et tout ce mois-ci, nous avons cessé d'utiliser des pailles en plastique dans nos hôtels au Moyen-Orient et dans les hôtels en Afrique. Sur une base annuelle, cela signifie 7 millions de pailles de moins", explique Inge Huijbrechts, global business dans le groupe Radisson Hôtel.

"L'héritage et la culture égyptienne sont dans l'esprit de tous"

Malgré une période agitée, le tourisme reste la pierre angulaire de l'économie égyptienne. L'industrie représente 11% du PIB et ce chiffre devrait augmenter de 4% cette année. Ces dernières années, le nombre de visiteurs en Egypte a été impacté par les tensions politiques, l'arrêt de certains vols et des questions de sécurité, mais les choses semblent changer. Le tourisme a apporté plus de 21 milliards de dollars à l'économie en 2017. La première femme ministre du Tourisme, Dr Rania Al-Mashat, y est pour quelque chose.

Rebecca MacLaughlin Duane, euronews : Les touristes occidentaux qui reviennent augmentent vraiment le nombre total de touristes. Pensez-vous que cela va continuer et qu'en est-il des touristes de la région. Quel est la tendance ?

Rania Al-Mashat, ministre égyptienne du Tourisme : Il y a eu un élan très fort en 2017 et il se poursuit. Pendant le premier trimestre de 2018 il y a une augmentation d'environ 30% comme vous l'avez dit. C'est un marché-clé pour l'Egypte, plus de 50% viennent d'Europe et nos principaux touristes viennent d'Allemagne. Ensuite il y a le marché arabe qui représente 30%. Ce que nous attendons avec impatience, c'est une plus grande diversification des marchés sources.

Rebecca MacLaughlin Duane : La Russie revient avec la reprise des vols vers l'Egypte, envisagez-vous 2019 sereinement ?

Rania Al-Mashat : Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour que les touristes et les visiteurs qui viennent en Egypte trouvent le pays sûr et sécurisé. C'est un pays qui propose des opportunités très variées dans les lieux à visiter. Nous sommes très encouragés par la reprise des vols entre Moscou et le Caire et nous pensons que le trafic va augmenter. Nous sommes impatients d'accueillir plus de touristes dans cette région.

Compétence, connections, confiance et charme

RMD : A propos des relations commerciales avec l'Egypte. Le commerce bilatéral avec les partenaires européens ou étrangers, a-t-il un lien direct avec le nombre de touristes ?

RAM : Aboslument. Des liens diplomatiques, des liens commerciaux forts encouragent vraiment les voyageurs. L'une des raisons c'est peut-être que les taux de croissance économiques ont augmenté et que le pouvoir d'achat des citoyens du monde entier a augmenté lui aussi. Tout le monde cherche à voyager.

RMD : Si vous deviez décrire l'Egypte a quelqu'un qui n'y est jamais allé. Quel est l'argument majeur pour venir en Egypte ?

RAM : Promouvoir l'Egypte est parfois facile. Parce que je crois que tout le monde, depuis qu'il est enfant, dans les livres, à l'école, au club de lecture a entendu parler des pyramides, vue une image des pharaons. En ce sens, l'héritage et la culture sont dans l'esprit de tous. Ce que je voudrais faire davantage c'est de promouvoir l'Egypte et de montrer aux gens du monde entier la nouvelle dynamique de la jeunesse égyptienne qui est ambitieuse et enthousiaste et très connue pour les arts et la musique. C'est un lien important à créer.

RMD : En tant que femme égyptienne, avec une carrière brillante au FMI et à la Banque centrale. Quel serait votre conseil pour la nouvelle génération de femmes en Egypte ?

RAM : Je crois aux 4 C : compétence, connections, confiance et charme. Avoir cela, travailler dessus, croire en soi, est je crois très très important. En termes d'émancipation des femmes. Notre président, le Président Sisi a vraiment fait des efforts énormes en s'assurant que les femmes soient reconnues pour leurs compétences et occupent des postes difficiles qui n'étaient pas forcément dirigés par des femmes avant. C'est très encourageant.