DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kim Jong-un et Moon Jae-in s'engagent en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne

Vous lisez:

Kim Jong-un et Moon Jae-in s'engagent en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne

Taille du texte Aa Aa

"Il n'y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne". Cette déclaration constitue le point d'orgue et la conclusion de ce sommet entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, le premier en plus de 11 ans. Le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong-un ont aussi affirmé qu'ils étaient engagés à signer un traité de paix.

Les deux Corées vont donc chercher, cette année, à mettre fin à la guerre de manière permanente, 65 ans après que le conflit se soit achevé sur un armistice plutôt qu'un traité de paix.

Les deux voisins chercheront à rencontrer les Etats-Unis, peut-être aussi la Chine - signataires tous deux du cessez-le-feu - "en vue de déclarer la fin de la guerre et établir un régime de paix permanent et solide", dit le texte de leur déclaration.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong-un se sont également prononcés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Enfin, les deux pays ont également indiqué qu'ils organiseront en août une nouvelle réunion des familles séparées depuis la fin de la Guerre il y a 65 ans. "La Corée du Sud et la Corée du Nord ont décidé de poursuive le programme de réunion des familles séparées à l'occasion du Jour de la libération nationale le 15 août cette année", ont-ils indiqué en référence à la journée célébrant la reddition japonaise à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Un face à face historique attendu

Ce moment hautement symbolique a été parfaitement orchestré. Pour la première fois depuis la fin de la guerre, il y a 65 ans, les deux dirigeants Kim Jong-un et Moon Jae-in se sont donc retrouvés dans la zone démilitarisée, sur la ligne de démarcation : poignées de main et sourires pour ce premier contact officiel.

Les deux dirigeants ont ensuite fait quelques pas du côté sud puis nord-coréen de la ligne-frontière en béton, avant de se rendre à pied, à la Maison de la paix, dans la partie sud du village de Panmunjom, là même où a été signé l'armistice en 1953.

Les deux dirigeants ont également symboliquement "planté" un arbre près de la Ligne de démarcation militaire. Gantés de blanc, ils ont jeté quelques pelletées de terre sous ce pin vieux de 65 ans, comme l'armistice.

Puis Moon Jae-in l'a arrosé d'eau provenant du fleuve nord-coréen quand Kim Jong-un faisait de même, mais avec de l'eau du fleuve sud-coréen Han.

Vers une dénucléarisation "totale" de la péninsule coréenne

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong-un ont donc déclaré ce vendredi qu'ils étaient engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne. "La Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire", ont-ils affirmé dans une déclaration commune.

Samedi dernier, Kim Jong-un avait annoncé un moratoire sur les essais nucléaires et les tirs de missiles balistiques à longue portée, affirmant que les objectifs étaient atteints. Il avait également annoncé la fermeture du seul site nord-coréen connu d'essais nucléaires. Mais certains experts soupçonnent que le dernier test, en septembre, l'aurait rendu inutilisable.

Ce sommet intercoréen devrait servir de base à la réunion entre Donald Trump et la Corée du Nord fin mai, début juin. C'est seulement le troisième à un tel niveau diplomatique depuis la fin de la guerre. Le dernier remonte à 2007 et avait suscité de nombreux espoirs quant à la réunification de la péninsule, espoirs douchés par les velléités nucléaires de Pyongyang.

Après les honneurs, en musique, en arrivant à la maison de la paix, Kim Jong-un a signé le livre d'or, "une nouvelle histoire commence maintenant, une ère de paix" a-t-il écrit.

Kim Jong-un était arrivé sous haute sécurité ce matin, et dans les rangs de sa délégation se trouvait sa soeur Kim Yo Jong, celle qui avait représenté Pyongyang aux Jeux Olympiques de Corée du Sud.

Contexte

En 2017, Pyongyang a mené son essai nucléaire le plus puissant à ce jour et testé des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) mettant à sa portée le territoire continental des Etats-Unis.

Les tensions avaient grimpé à des sommets tandis que Kim et Trump échangeaient menaces apocalyptiques et insultes personnelles.

En début d'année, Moon a saisi la branche d'olivier olympique pour lancer le dialogue avec Pyongyang, expliquant que le sommet intercoréen servirait de base à la réunion entre le Nord et Washington.

La Maison Blanche a souhaité dans un communiqué que ce sommet débouche sur un "futur de paix et de prospérité pour toute la péninsule coréenne".