DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Monaco qui ne gagne plus, perd sa deuxième place et s'offre une crise

Vous lisez:

Ligue 1: Monaco qui ne gagne plus, perd sa deuxième place et s'offre une crise

Ligue 1: Monaco qui ne gagne plus, perd sa deuxième place et s'offre une crise
Taille du texte Aa Aa
Monaco qui n'est pas parvenu à battre Amiens (0-0), samedi soir au Stade Louis-II lors de la 35e journée L1, n'est plus deuxième du championnat après s'être fait doubler par Lyon, et en attendant le match de Marseille dimanche à Angers. Avec 71 points, les hommes de Leonardo Jardim pointent désormais un point derrière Lyon à trois journées de la fin du championnat. Mais cela leur pendait au nez! Tant cette équipe, à l'image de son capitaine Radamel Falcao, fantomatique, ne montre plus rien depuis plus d'un mois et sa défaite en finale de la Coupe de la Ligue contre Paris (3-0). Avec quatre points pris en cinq matches avant la rencontre, les Monégasques, qui avaient déjà grillé tous leurs jokers, débutaient en sachant que Lyon venait de battre Nantes (2-0) et de leur confisquer la deuxième place. C'est donc avec sérieux mais aussi une véritable fébrilité collective visible que les Monégasques attaquaient le match, sous les yeux de leur président Dmitri Rybolovlev, tout aussi crispé que ses joueurs. Sans Sidibé, Jemerson, Baldé, Jovetic, ni Ghezzal, mais avec l'inexpérimenté N'Doram en charnière centrale et le revenant Boschilia, les champions de France devaient obligatoirement renouer avec la victoire. Pourtant, à la pause, malgré 62% de possession et neuf tirs, Monaco ne parvenait pas à prendre l'avantage. L'activité de Lemar était brouillonne, celles de Lopes et Boschilia, trop insuffisante pour créer des décalages. Quant à Falcao, transparent, il était le joueur qui avait touché le moins de ballons en première période, systématiquement devancé par l'arrière-garde picarde. D'ailleurs, d'un côté comme de l'autre, on ne dénotait aucune frappe cadrée en 45 minutes. Une misère... qui se poursuivait au retour des vestiaires. Frappe de Lemar (47)? A côté. Frappe de Lopes (62)? Idem! Les meilleures occasions étaient même amiénoises. Comme sur cette superbe reprise de volée de Kakuta que Subasic, au prix d'un arrêt exceptionnel détournait sur son poteau (65), avec que N'Doram, auteur d'une belle prestation, ne se sacrifie devant Konaté. Après avoir incorporé Diakhaby, Jardim jouait son va-tout. Raggi sortait. Le jeune attaquant Sylla entrait aux côtés de Falcao. Et Lemar passait latéral gauche (74). Puis, Mboula débutait aussi (80). Monaco dominait enfin et poussait fort. Sur un corner, une tête de Touré était dégagée sur sa ligne par Monconduit (87). Le seul tir cadré du match! Ce n'est pas suffisant pour gagner et pour croire à une qualification directe en Ligue des champions. Pour ne rien arranger Diakhaby était exclu, de même que le défenseur d'Amiens Gouano, en fin de match. Après de nombreuses paroles ces dernières semaines, les actes ne suivent pas à Monaco, où désormais, la crise couve. vendredi Montpellier - Saint-Etienne 0 - 1 samedi Lyon - Nantes 2 - 0 Monaco - Amiens 0 - 0 Lille - Metz 3 - 1 Bordeaux - Dijon 3 - 1 Strasbourg - Nice 1 - 1 Troyes - Caen 3 - 1 dimanche (15h00) Rennes - Toulouse (17h00) Angers - Marseille (21h00) Paris SG - Guingamp
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.