DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rencontre avec Kim: "les choses se passent très bien", dit Trump

Vous lisez:

Rencontre avec Kim: "les choses se passent très bien", dit Trump

Rencontre avec Kim: "les choses se passent très bien", dit Trump
Taille du texte Aa Aa
Le président américain Donald Trump a assuré samedi que les préparatifs en vue d'un sommet avec Kim Jong Un se passaient "très bien", après une conversation avec le président sud-coréen Moon Jae-in qui vient lui-même de rencontrer le dirigeant nord-coréen. "Je viens d'avoir une longue et très bonne conversation avec le président Moon de Corée du Sud. Les choses se passent très bien, la date et l'endroit de la rencontre avec la Corée du Nord sont en train d'être fixés", a tweeté le président. Donald Trump a aussi dit avoir informé le Premier ministre japonais "des négociations en cours". Selon le compte rendu publié ensuite par la Maison Blanche de l'entretien téléphonique de M. Trump avec M. Moon, les Etats-Unis et la Corée du Sud se sont étroitement coordonnés avant la rencontre de vendredi entre le président Moon et Kim Jong Un. M. Trump et Moon "ont estimé que la pression sans précédent exercée par les Etats-Unis, la République de Corée et la communauté internationale (...) a mené à ce moment important", a rapporté la présidence américaine. MM. Trump et Abe, pour leur part, "ont réitéré la nécessité que la Corée du Nord abandonne toutes les armes de destruction massive et tous les programmes de missiles balistiques", a indiqué la Maison Blanche. Par ailleurs, le ministre américain de la Défense Jim Mattis a eu une conversation téléphonique avec son homologue sud-coréen Song Young-moo, auquel il a "réaffirmé l'engagement à toute épreuve des Etats-Unis à défendre la Corée du Sud en utilisant tout l'éventail des capacités américaines", a déclaré le Pentagone dans un communiqué. "Les deux parties ont promis de poursuivre leur coopération étroite pour appliquer les résolutions des Nations unies et pour soutenir les efforts diplomatiques visant à parvenir à une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", ajoute le communiqué. Le président américain doit rencontrer Kim Jong Un d'ici juin pour un sommet historique. Son nouveau secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, a rencontré - lorsqu'il était encore à la tête de la CIA - le dirigeant nord-coréen durant le week-end de Pâques, au cours d'une mission tenue un temps secrète. Vendredi, Donald Trump a indiqué que "deux ou trois" sites étaient envisagés pour sa rencontre avec Kim Jong Un, avant d'évoquer "deux pays" possibles. Il avait auparavant parlé de cinq lieux. D'après CBS News, qui cite deux sources anonymes, les deux pays en question sont la Mongolie et Singapour. Le Premier ministre de Singapour a déclaré samedi n'avoir reçu aucune demande formelle en ce sens. "Nous avons lu les mêmes articles que vous dans les journaux sur les lieux où pourrait se tenir la rencontre entre les Etats-Unis et la Corée du Nord", a dit à la presse Lee Hsien Loong lors d'une réunion des dirigeants des pays de l'Asie du Sud-Est (Asean). "Nous n'avons pas reçu d'invitations ou de requêtes formelles", a-t-il dit. Un sommet historique a eu lieu vendredi entre MM. Kim et Moon, au cours duquel les deux dirigeants se sont engagés à oeuvrer en faveur de la dénucléarisation de la péninsule et d'une paix permanente.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.