DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hommages au photographe de l'AFP tué à Kaboul

Vous lisez:

Hommages au photographe de l'AFP tué à Kaboul

Hommages au photographe de l'AFP tué à Kaboul
Taille du texte Aa Aa
De nombreux collègues et amis de Shah Marai, photographe de l'AFP tué lundi matin dans un attentat-suicide à Kaboul, ont exprimé leur émotion et rendu hommage au travail accompli au cours de sa longue carrière. Au moins 25 personnes ont été tuées dans cette double attaque suicide revendiquée par le groupe Etat islamique, selon un bilan du ministère afghan de l'Intérieur. Parmi eux figurent neuf journalistes, selon l'organisation Reporters sans Frontières (RSF) et le Centre des journalistes d'Afghanistan (AJC). Le porte-parole du ministère, Najib Danish, a fait état de six journalistes tués. Arrivé rapidement sur les lieux de la première explosion pour prendre des photos comme il le faisait lors de chaque attaque, Shah Marai a été tué par la deuxième déflagration, survenue une trentaine de minutes après la première. Agé de 48 ans, il était père de six enfants. Il travaillait pour l'AFP depuis 1996. Il occupait depuis plusieurs années le poste de chef photographe dans le bureau et était une personnalité bien connue dans le monde des médias en Afghanistan. L'annonce de sa mort a suscité de nombreuses réactions dont certaines sont reproduites ici. - Mahfouz Zubaide, BBC - Ami d'enfance de Shah Marai et actuellement producteur pour la BBC à Kaboul, M. Zubaide salue la curiosité et le talent d'un photographe doté selon lui d'un "œil magnifique". "Shah Marai était calme, souriant et positif. Il ne craignait jamais le danger", a-t-il témoigné pour le site de la BBC. "Nous nous sommes trouvés à travailler tous les deux pour les médias ici à Kaboul, nous retrouvant toujours sur les lieux de tragédies". "Il était aussi l'ami de nombreuses personnes dans la communauté des journalistes à Kaboul et nous portons tous son deuil". - Massoud Hossaini, Associated Press - Ancien photographe pour l'AFP à Kaboul, où il était un collègue de Shah Marai, Massoud Hossaini se trouvait lui aussi sur les lieux du double attentat suicide de lundi matin. "C'est trop dur de perdre un grand ami comme lui", a-t-il écrit sur Twitter. - Mujib Mashal, New York Times - "Les jours comme aujourd'hui, la vérité est lourde. Elle fait mal", a écrit Mujib Mashal, correspondant du quotidien américain à Kaboul, sur Twitter. "Notre ami, le grand photographe Shah Marai, figure parmi les morts de la deuxième explosion de ce matin. Il faisait son travail, comme il le faisait depuis deux décennies." - Sediq Sediqqi, ancien porte-parole du gouvernement afghan - "NON, on ne peut pas perdre Marai, je suis accablé", a écrit l'ancien porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur sur Twitter. - Kate Clark, co-directrice du Afghan Analysts Network - "C'est insupportable. Marai était un ami et un collègue depuis les années 90", a écrit sur Twitter cette amie proche du photographe et grande experte de l'Afghanistan, où elle réside. - Ahmad Shuja, analyste - "C'est tellement douloureux. Tellement injuste. Pas de mots", a écrit sur Twitter M. Shuja, un analyste reconnu de l'Afghanistan. - Michèle Léridon, directrice de l'information de l'AFP - "Nous sommes dévastés par la mort de notre photographe Shah Marai qui témoignait depuis plus de quinze ans de la tragédie qui frappe son pays. La direction de l’AFP salue le courage, le professionnalisme et la générosité de ce journaliste qui avait couvert des dizaines d’attentats avant d’être lui-même victime de la barbarie. Une pensée pour les autres journalistes tués dans cette attaque". burs-ahe/jf/cac
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.