DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arménie: l'opposant Pachinian échoue à être élu Premier ministre par le Parlement

Vous lisez:

Arménie: l'opposant Pachinian échoue à être élu Premier ministre par le Parlement

Arménie: l'opposant Pachinian échoue à être élu Premier ministre par le Parlement
Taille du texte Aa Aa
Le Parlement arménien a rejeté mardi pour le poste de Premier ministre la candidature de l'opposant Nikol Pachinian, qui avait promis quelques heures plus tôt un "tsunami politique" s'il n'était pas élu. Sur les 100 députés ayant voté, 55 se sont exprimés contre M. Pachinian et 45 ont donné leurs voix au chef de la contestation antigouvernementale, dont des dizaines de milliers de partisans étaient réunis dans le centre d'Erevan. Après plus de sept heures de débats et discours, le Parti républicain, au pouvoir, avait prévenu que ses députés, qui disposent de 58 des 105 sièges de l'hémicycle, se prononceraient contre l'opposant. L'opposant a également subi deux défections au sein des trois groupes parlementaires qui lui avaient assuré leur soutien et qui devaient lui donner 47 voix. "Une force politique qui a déclaré la guerre à son propre peuple s'est autodétruite. Le Parti républicain comme force politique n'existe plus, c'est un fantôme", a lancé M. Pachinian aux députés. Sentant le vent tourner à la mi-journée, M. Pachinian avait appelé les Arméniens à sortir dans les rues, promettant un "véritable tsunami politique" si le Parti républicain faisait "dérailler" son élection. "J'appelle tout le monde à descendre dans la rue car ils veulent une nouvelle fois voler la victoire du peuple", avait-il lancé devant les députés. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants continuaient de battre le pavé sur la place de la République, au coeur d'Erevan, pour soutenir l'opposant. "Personne ne peut vous voler votre victoire. Attendez-moi, je viens vite vous rejoindre", a-t-il déclaré devant les députés, dans un discours retransmis sur la place sur un écran géant. Depuis le 13 avril, l'Arménie est plongée dans une crise politique sans précédent: des manifestations de plusieurs dizaines de milliers d'opposants ont provoqué le 23 avril la démission de Serge Sarkissian, qui venait d'être élu Premier ministre six jours auparavant par les députés, après avoir été le chef de l'Etat pendant dix ans.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.