DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Que reste-t-il de mai 68 ?

Vous lisez:

Que reste-t-il de mai 68 ?

Taille du texte Aa Aa

Que reste-il de Mai 68 ?

50 ans après, cette période tourmentée fascine toujours, et cette exposition à Paris le prouve : selon un récent sondage 70% des Français estiment que Mai 68 a eu un impact plutôt positif sur la société française (sondage Viavoice pour Libération).

Gérard et sa femme Sarah visitent l'exposition qui reprend notamment les affiches de l'époque, ils étaient sur les barricades. Une époque révolue.

"La rue n'existe plus, regrette Gérard Makowski. Il n'y a pas de culture de la manifestation, les gens n'y croient plus. Monter une organisation collective aujourd'hui c'est la croix et la bannière."

L'esprit de mai 68, difficile de le retrouver dans une société qui a radicalement changé :

"Est-ce qu'aujourd'hui les étudiants partagent le quotidien des ouvriers, vont-ils dans les mêmes bistrots, non ! Est-ce qu'ils partagent les mêmes cantines, non ! Est-ce qu'ils ont les mêmes vacances, non, constate Philippe Artières, directeur du CNRS et commissaire de l'exposition. Il y a quelque chose qui s'est perdu, très fortement, c'est lié au fait que nous sommes dans des sociétés tertiaires, et que chacun est dans des voies différentes. "

Depuis plus d'un mois, la colère a gagné les étudiants français. Mais ils refusent d'être comparés à leurs aînés.

"Mai 68, c'est obligé qu'on y pense, reconnaît Marianne Kli, étudiante en histoire à la Sorbonne, mais contrairement à Mai 68, notre mouvement a plus de fond et une plus grosse convergence des luttes, et on aimerait le faire tenir plus d'un mois."

A chacun son époque, à chacun sa révolution. Daniel Cohn-Bendit a mené la sienne, en 68.

"On ne peut pas comparer les deux époques, ce n'est pas comparable. Parce que nous, nous étions optimistes, nous étions prométhéens, explique l'ancien leader étudiant. Nous disions : "Nous voulons être maître de notre avenir". Les jeunes d'aujourd'hui, c'est plus difficile d'être jeune, disent : "On veut un avenir", ils ne savent pas s'ils auront un avenir, donc c'est un mouvement angoissé."

A quoi donc a servi Mai 68 ? A rejeter le modèle patriarcal, l'hypocrisie sur la sexualité, l'autorité. Les revendications des étudiants, des ouvriers et des familles convergeaient vers un même désir d'émancipation. Cette société libérée, certains la rejettent aujourd'hui. Nicolas Sarkozy, quelques jours avant son élection à la présidentielle en 2007, accusait Mai 68 d'avoir détruit les valeurs et la hiérarchie, créant un tollé général.

Serait-il interdit d'interdire Mai 68 ?