DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

UE: des coupes en vue dans les fonds agricoles et régionaux après le Brexit

Vous lisez:

UE: des coupes en vue dans les fonds agricoles et régionaux après le Brexit

UE: des coupes en vue dans les fonds agricoles et régionaux après le Brexit
Taille du texte Aa Aa
Bruxelles dévoile mercredi son plan pour les budgets post-Brexit de l'UE, avec des mesures controversées comme des coupes dans les politiques agricole et régionale et un nouveau lien entre fonds européens et respect de l'Etat de droit, déjà contesté par Varsovie et Budapest. Après des mois de préparation, la Commission européenne mettait mercredi matin la dernière main à sa proposition de budget pour la période 2021-2027, que son président Jean-Claude Juncker ira ensuite présenter dans l'après-midi devant les eurodéputés. "Nous allons faire une proposition qui je pense maintient un équilibre entre ceux qui paieront plus et ceux qui accepteront des coupes", a estimé le commissaire européen en charge du Budget, l'Allemand Günther Oettinger, dans un entretien mercredi à la télévision publique allemande. Selon une source européenne proche du dossier, l'exécutif européen devrait proposer un budget global en hausse, tout en plaidant pour des coupes de 6% dans la Politique agricole commune (PAC), chère à la France, et de 8% dans les fonds de cohésion, dont les pays de l'Est sont les grands bénéficiaires. Ce cocktail d'économies et de nouvelles ressources proposées vise selon Bruxelles à donner à l'Union les moyens des ambitions affichées pour sa nouvelle vie à 27, sans le Royaume-Uni, dont le départ prévu fin mars 2019 rend l'équation du "cadre financier pluriannuel" plus complexe que jamais. Selon les estimations de Bruxelles, le départ des Britanniques va laisser un "trou" annuel de 12 à 14 milliards d'euros après 2020 -- dernière année de contribution de Londres malgré un Brexit programmé au printemps de l'année précédente. La rupture avec ce "contributeur net" tombe d'autant plus mal que l'Union européenne cherche à financer à 27 de nouvelles politiques, en matière de défense ou de migration notamment, sans renoncer aux "anciennes". Ce qui nécessite un budget plus important que celui de plus de 1.000 milliards d'euros fixé pour la période actuelle 2014-2020. -La PAC visée- M. Oettinger veut notamment que les 27 acceptent un budget au-delà de la limite actuelle de 1% du Revenu national Brut (RNB) cumulé des Etats membres. Selon une source européenne, le curseur devrait être placé mercredi à 1,11%. "Il va falloir faire des coupes", a clairement prévenu le commissaire en visant la PAC et la politique de cohésion pour les régions les plus en retard économiquement, deux domaines représentant respectivement 37% et 35% du budget de l'UE. Ces "sacrifices" seront difficiles à accepter, en particulier en France, dont les agriculteurs sont les principaux bénéficiaires des aides directes de la PAC. Paris est prête à défendre une "réforme assez substantielle", mais "le filet de sécurité indispensable des aides directes pour les agriculteurs ne peut pas être affecté", prévient une source diplomatique. Les pays de l'Est sont eux déjà vent debout face aux coupes dans les fonds de cohésion, dont ils sont les principaux destinataires, et qui pourraient par ailleurs être en partie réorientés vers d'autres pays connaissant un fort chômage des jeunes ou des "fractures territoriales". La Pologne et la Hongrie sont d'autant plus sur la défensive qu'elles se sentent visées par un autre projet de la Commission, qui veut lier versement de fonds européens et respect de l'Etat de droit. -'Pression politique'- Plusieurs pays réclament ce mécanisme pour tirer les leçons du bras de fer infructueux entre Bruxelles et le gouvernement ultra-conservateur polonais, qui est accusé notamment de menacer l'indépendance de sa justice. Face à la lourdeur de la procédure en cours lancée par la Commission, l'idée est de pouvoir recourir à la pression financière dans des cas comparables. "Nous n'accepterons pas de mécanismes arbitraires qui feront de la gestion des fonds un instrument de pression politique à la demande", a déjà averti le vice-ministre polonais pour les Affaires européennes, Konrad Szymanski. Des pays comme l'Autriche ou les Pays-Bas sont déjà mobilisés pour leur part contre une hausse des contributions nationales, à laquelle l'Allemagne et la France sont en revanche disposées. La Commission va plaider pour la nécessité de fonds plus importants pour le numérique, la recherche, la défense ou encore la protection des frontières extérieures, avec une proposition de "multiplier par plus de cinq" les effectifs de l'agence Frontex après 2020, pour les porter à près de 6.000 selon une source européenne. Le débat budgétaire, qui nécessitera in fine une décision unanime des pays européens, va enfin ressusciter un serpent de mer: la création de nouvelles ressources propres pour l'UE. La Commission veut notamment que la taxation des échanges de quotas de carbone soit orientée vers le budget européen et la création d'une taxe sur les plastiques est dans les tuyaux. La Commission veut que les tractations entre Etats membres et eurodéputés soient bouclées avant les prochaines élections européennes, soit moins de deux mois après le divorce avec les Britanniques prévu le 30 mars 2019. "Ce genre de négociations prend normalement deux ans", souligne une source diplomatique, perplexe face à ce calendrier.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.