DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abbas tient des propos antisémites et ça fait réagir l'UE et l'ONU

Vous lisez:

Abbas tient des propos antisémites et ça fait réagir l'UE et l'ONU

Abbas tient des propos antisémites et ça fait réagir l'UE et l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Mahmoud Abbas unanimement condamné par l'Union européenne et l'ONU. C'est un fait rarissime.

La cause ? Lundi soir, le chef de l'Autorité palestinienne a tenu des propos antisémites devant le parlement de l'OLP.

Des propos jugés "inacceptables" et "profondément troublants" sur les origines de l'Holocauste, et la légitimité d'Israël. Il a remis en cause notamment le lien historique et religieux entre les juifs et la terre sainte, évoquant "un projet colonial encouragé par les Européens pour faire partir les juifs".

"Ces propos ne serviront qu'à ceux qui ne veulent pas d'une solution de paix à deux Etats" selon l'Union européenne."

Israël avait déjà vivement réagi. "Apparemment un négationniste, reste un négationniste" a twitté le chef du gouvernement Benjamin Netanyahou.

Pour le porte-parole du chef de la diplomatie, Emmanuel Nachshon, "ces accusations antisémites sont d'une nature dégoûtante, Monsieur Abbas accuse en fait le peuple juif d'être responsable de sa propre tragédie."

Le ministre de la sécurité a comparé l'antisémitisme de Mahmoud Abbas à celui de Goebbels, le ministre de la propagande nazie.

Ce n'est pas la première fois que le président palestinien est soupçonné ou accusé d'antisémitisme.

Dans une première réaction palestinienne à ces accusations, le haut responsable Saëb Erakat s'est dit "choqué" par ce qu'il a qualifié "d'attaque orchestrée par Israël dans le monde pour accuser le président Abbas d'antisémitisme". Abbas "a maintes fois répété qu'il respecte la foi juive et que notre problème est avec ceux qui occupent notre terre", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Contexte

L'effort de paix entre Israéliens et Palestiniens est embourbé depuis 2014 et les perspectives de règlement sont très sombres.

Abbas et Netanyahou n'ont pas eu d'entretien direct substantiel sur la paix depuis 2010, et se rejettent à coups d'invectives la faute de cet enlisement.

Abbas a aussi suspendu les relations avec les officiels américains après la décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade des Etats-Unis actuellement à Tel-Aviv.

L'autorité de Mahmoud Abbas, 82 ans, élu pour quatre ans en 2005 mais resté à son poste depuis, faute d'élections, est considérée comme profondément affaiblie. Un effort pour surmonter les divisions délétères avec le mouvement islamiste Hamas a largement périclité.