DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran menace de quitter l'accord nucléaire si les Etats-Unis en sortent

Vous lisez:

L'Iran menace de quitter l'accord nucléaire si les Etats-Unis en sortent

L'Iran menace de quitter l'accord nucléaire si les Etats-Unis en sortent
Taille du texte Aa Aa
L'Iran a averti jeudi qu'il quitterait l'accord sur le nucléaire si le président américain Donald Trump mettait à exécution sa menace de s'en retirer au 12 mai, accusant les Européens de chercher à faire davantage de "concessions" aux Etats-Unis. Le président Trump a donné aux Européens jusqu'au 12 mai pour trouver un nouveau texte qui remédierait aux "terribles lacunes" selon lui de l'accord de 2015, faute de quoi les Etats-Unis s'en retireront. L'accord sur le nucléaire iranien a été conclu en juillet 2015 à Vienne entre Téhéran et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), avant l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump. Il encadre strictement les activités nucléaires de Téhéran de façon à garantir leur nature exclusivement pacifique. "Si les Etats-Unis se retirent de l'accord nucléaire, nous n'y resterons pas non plus", a dit Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, pour les affaires internationales, dans des propos publiés par le site de la télévision d'Etat. M. Khamenei a le dernier mot sur les grandes affaires du pays, notamment en matière de politique étrangère et nucléaire. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a également lancé une mise en garde aux Etats-Unis, dans une vidéo en anglais publiée jeudi sur YouTube. "Si les Etats-Unis continuent de violer l'accord ou en sortent, nous userons de notre droit à répondre à notre manière (...) Les menaces n’apporteront pas aux Etats-Unis un nouvel accord", a-t-il prévenu. M. Zarif a souligné que l'Iran refusait de renégocier l'accord nucléaire ou d'y ajouter quoi que ce soit. Il a aussi critiqué les pays européens qu'il accuse de vouloir faire de nouvelles "concessions" aux Américains pour les apaiser. - "Concessions" - "Durant l'année écoulée, on nous a dit que le président Trump était mécontent de l'accord. Et il apparaît aujourd'hui que la réponse de certains Européens est d'offrir davantage de concessions aux Etats-Unis, de notre poche", a déclaré M. Zarif. "Lorsque vous achetez une maison (...) vous ne pouvez pas venir deux ans plus tard renégocier le prix", a-t-il affirmé. Le ministre iranien a ainsi répondu aux récentes déclarations de responsables français, allemand et britannique appelant à ce que l'accord nucléaire soit complété et des négociations ouvertes sur le programme balistique de l'Iran et son rôle régional. A ce propos, M. Zarif a affirmé qu'en matière de défense et en ce qui concerne la région, c'est "l'Iran et non l'Occident qui a des griefs", sans plus de précisions. Le président français Emmanuel Macron avait réitéré mercredi en Australie son engagement en faveur de l'accord sur le nucléaire afin d'éviter une escalade des tensions au Moyen-Orient, tout en répétant qu'il devrait selon lui être renforcé. "Je veux juste dire que quelle que soit la décision (de M. Trump), il faudra préparer une négociation plus large et un accord plus large, parce que je crois que personne ne veut la guerre dans la région, et personne ne veut une escalade en termes de tensions dans la région", a-t-il dit, répondant en anglais à la question d'un journaliste. M. Macron a réitéré sa position selon laquelle l'accord de 2015 n'était qu'un "pilier" pour une solution globale, beaucoup plus large et qui devrait également reposer selon lui sur trois autres piliers. Ces derniers concernent l'après-2025, à l'expiration de certaines clauses concernant les activités nucléaires, mais aussi le programme balistique très critiqué de Téhéran, ainsi que son rôle jugé "déstabilisateur" dans la région. Pour sa part, M. Velayati a également mis en garde les Européens contre l'idée de toute nouvelle négociation et changement de l'accord nucléaire. "L'Iran accepte l'accord nucléaire tel qu'il a été préparé et n'acceptera pas qu'on y ajoute ou retire quoi que ce soit", a affirmé M. Velayati. "Même si les pays alliés des Etats-Unis, en particulier les Européens, cherchent à réviser l'accord nucléaire avec les Américains afin d'y rester, l'une de nos options sera un retrait de l'accord", a déclaré M. Velayati.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.