DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Colombie: l'ONU inquiète de l'état de santé d'un ex-dirigeant des Farc en grève de la faim

Vous lisez:

Colombie: l'ONU inquiète de l'état de santé d'un ex-dirigeant des Farc en grève de la faim

Colombie: l'ONU inquiète de l'état de santé d'un ex-dirigeant des Farc en grève de la faim
Taille du texte Aa Aa
La mission de l'ONU en Colombie a fait part vendredi de son inquiétude au sujet de l'état de santé de Jesus Santrich, un haut dirigeant de l'ex-guérilla des Farc, en grève de la faim depuis son arrestation il y a un mois pour trafic de drogue. Le chef de la mission de Nations unies à Bogota, Jean Arnault, "a rendu visite à Jesus Santrich à l'hôpital et s'est dit inquiet pour son état de santé", a écrit l'ONU sur son compte Twitter. Seuxis Paucis Hernandez-Solarte, 51 ans - plus connu sous le nom de Jesus Santrich -, est en détention dans un hôpital de Bogota après avoir entamé une grève de la faim, au lendemain de son arrestation le 9 avril. Il entend ainsi protester contre une demande d'extradition présentée par les Etats-Unis qui le soupçonnent d'avoir introduit plusieurs kilos de cocaïne dans le pays. Jesus Santrich -- qui a fait partie des négociateurs de l'accord de paix avec le gouvernement signé en novembre 2016 et qui a mis fin a plus d'un demi-siècle de conflit armé--, nie ces accusations qu'il a qualifiées de "mise en scène juridique". Des ex-leaders de la guérilla ont indiqué que Jesus Santrich leur a assuré qu'il allait poursuivre son mouvement "jusqu'au bout". Accusé d'appartenir à un réseau international de trafic de drogue, l'ex-négociateur et futur député (à partir du 20 juillet) risque jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité en cas d'extradition et de condamnation aux Etats-Unis. L'accord de paix protège les ex-guérilleros de toute requête des Etats-Unis mais la justice et le président Juan Manuel Santos soupçonnent Jesus Santrich d'avoir planifié l'opération après la signature de l'accord de paix en novembre 2016, ce qui lui ôterait toute protection. La justice spéciale chargée de juger les anciens guérilleros (JEP) devra éclaircir ce point. S'il est prouvé qu'il a agi après l'accord, son dossier sera "remis à la justice ordinaire" et on "n'exclut pas la possibilité d'une extradition", selon Patricia Linares, présidente de la JEP.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.