DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chine: 10 ans après, des rescapés du séisme s'accrochent aux ruines

Vous lisez:

Chine: 10 ans après, des rescapés du séisme s'accrochent aux ruines

Chine: 10 ans après, des rescapés du séisme s'accrochent aux ruines
Taille du texte Aa Aa
Dix ans après l'un des pires séismes de l'histoire de la Chine, des villageois vivent toujours au milieu des ruines de leur ancien hameau, au milieu desquelles ils cultivent des légumes et produisent du miel. Le 12 mai 2008, la secousse de magnitude 7,9 a fait s'écrouler la plupart des maisons du hameau de Luobozhai (ou "Village des navets"), situé dans la province du Sichuan (sud-ouest). Comme d'autres localités, la commune a choisi de préserver ses décombres, en mémoire du tremblement de terre qui a fait au total 87.000 morts et disparus. Mais ce village est particulier: la vie y poursuit son cours presque normalement, au milieu des ruines. Pour compléter leurs maigres revenus, quelques habitants âgés sont restés pour y entretenir des potagers et élever des cochons dans les recoins du site encore disponibles. Des maisons écroulées font office de porcheries. Et des abeilles bourdonnent dans les bâtiments éventrés par la catastrophe, avant de rejoindre leurs ruches. Les habitants produisent du miel pour ensuite le vendre aux touristes, qui déambulent régulièrement dans les paisibles sentiers du village. Les personnes âgées qui continuent de vivre ici ne veulent pas partir. Si leurs habitations de bois et de terre ont pu résister à un séisme aussi puissant, alors elles valent encore la peine d'être habitées, justifient-elles. Un nouveau hameau a été construit juste à côté du village de ruines avec l'argent public. Mais certaines habitations y sont déjà en mauvais état, a constaté l'AFP. Et des habitants accusent les autorités de corruption. Des milliards d'euros de dons et subventions avaient afflué de toute la Chine après le séisme. Ils étaient destinés à la reconstruction des maisons et des infrastructures. Mais à Luobozhai, les fonds n'ont pas toujours été utilisés à bon escient, soulignent des habitants. "Les responsables politiques sont partis avec les sous destinés à la construction des nouvelles maisons", peste un villageois. "Leurs proches ont pu obtenir de l'argent. Mais pas les gens qui ne connaissent aucun politique". Un habitant, Wang Chengguo, conduit des journalistes de l'AFP dans le nouveau village. Beaucoup de maisons ont les murs craquelés. Certaines ressemblent presque déjà à des ruines. Sur le mur d'une habitation, récemment construite mais déjà délabrée, un message manuscrit à l'encre noire indique ironiquement: "ceci est une maison construite par le gouvernement central pour les réfugiés du séisme. Elle a été construite selon les normes en vigueur". "Aucun média chinois n'ose parler de ça", affirme M. Chen en pointant l'inscription.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.